Cet article date de plus d'un an.

Vacances : "Moins de 10% des Français" partent aux sports d'hiver

Les vacances de sport d'hiver représentent un coût particulièrement élevé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des skieurs dans la station de Chamrousse, en mars 2019 (illustration). (STÉPHANE MILHOMME / RADIO FRANCE)

Alors que les vacances scolaires commencent samedi 8 février pour la zone C, la directrice du pôle Evaluation et société du Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (Credoc), a rappelé sur franceinfo que "moins de 10%" des Français partent aux sports d'hiver. Parmi les freins, Sandra Hoibian évoque notamment l'aspect économique, mais aussi des évolutions sociologiques.

franceinfo : Combien de Français partent réellement aux sports d'hiver ?

Sandra Hoibian : On parle régulièrement dans les médias des départs aux sports d'hiver. C'est un marronnier qu'on retrouve à la télé ou à la radio, mais en réalité, on a déjà que 60% des Français qui partent en vacances. Ensuite, si on évoque les vacances d'hiver, seulement 17% partent en hiver au moins un an sur deux. Pour les vacances vraiment de sports d'hiver, on est sur moins de 10% de la population, avec des taux encore bien inférieurs, par exemple, pour des personnes plus âgées ou avec de bas revenus.

La principale raison, c'est le coût très élevé de ces vacances ?

Le premier frein aux départs en vacances, de manière générale, sont économiques. C'est encore plus vrai pour les départs en vacances d'hiver et notamment aux sports d'hiver. Après, il y a quand même d'autres types de freins au départ en vacances. C'est notamment les questions de santé et de forme physique. Pour faire des sports d'hiver, il faut quand même avoir un bon état de santé. Il y a également aussi aujourd'hui une diversification des goûts et disons que le modèle de la station de ski des années 80 a un peu vécu. Aujourd'hui, on peut aussi partir à la montagne et faire autre chose.

Les populations aisées privilégient-elles d'autres destinations que le ski en hiver ?

On va avoir des voyages avec des vols low-cost en Europe, dans des villes, de grands week-ends pour la population de gens qui partaient au ski, une population qui est plutôt très aisée et qui part plusieurs fois dans l'année. Après, c'est vrai, en station de ski, les durées pendant lesquelles on fait du ski ont plutôt tendance à diminuer. Aujourd'hui, on va faire une demi-journée de ski alors que dans les années 80, on skiait une journée complète de huit heures, qu'il pleuve, qu'il neige ou qu'il vente. Aujourd'hui, on va se tourner vers d'autres activités qui sont proposées en station : des activités de bien-être avec du spa, de la gastronomie et d'autres types d'activités sportives pour varier les plaisirs. Les stations de ski depuis un moment ont commencé à s'adapter à ce désir de changement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vacances

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.