Normandie : le succès des campings

A cause du Covid-19 cet été, le tourisme a perdu en France entre 30 et 40 milliards d’euros. Avec peu de touristes étrangers, les habitudes ont changé : moins de réservation à l’avance, plus de départs de dernière minute. Certains professionnels sont malgré tout soulagés.

France 3

Dans le camping de Clécy (Calvados), c’est tous les jours le même concert : le quotidien est rythmé par l’installation des tentes et des camping-cars. Beaucoup de clients sont de la région. Pour ces vacances improvisées, les Normands ont misé sur la proximité, comme ces deux jeunes femmes venues du Havre. "Je devais partir dans le sud avec mes parents mais on a annulé les vacances, témoigne l’une d’elles. On avait quand même envie de partir tout en restant proche, et Clécy est un endroit assez sympa."

Une demande qui grimpe malgré l'absence des touristes étrangers

Les paysages de la Suisse normande sont très appréciés, notamment des étrangers. Ils représentent habituellement 50% de la clientèle du camping. Cette année, ils ne représentent que 10%.  Cet été, se sont surtout les Français qui sont au rendez-vous. "Après le confinement, l’enfermement, les gens recherchent un peu de liberté, et le camping c’est l’idéal", témoigne une vacancière. Dans ce camping, la demande a grimpé de 20% par rapport à l’année dernière.

Le JT
Les autres sujets du JT
A cause du Covid-19 cet été, le tourisme a perdu en France entre 30 et 40 milliards d’euros. Avec peu de touristes étrangers, les habitudes ont changé : moins de réservation à l’avance, plus de départs de dernière minute. Certains professionnels sont malgré tout soulagés.
A cause du Covid-19 cet été, le tourisme a perdu en France entre 30 et 40 milliards d’euros. Avec peu de touristes étrangers, les habitudes ont changé : moins de réservation à l’avance, plus de départs de dernière minute. Certains professionnels sont malgré tout soulagés. (France 3)