Sous pression, l'Afssaps renonce à la promotion d'une experte du Mediator

Le ministre de la Santé s'était opposée à la nomination à un poste important d'une ancienne salariée des laboratoires Servier, chargée du suivi du Mediator pendant plusieurs années. Ce choix était aussi critiqué en interne.

Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, à l\'Assemblée nationale, le 15 novembre 2011.
Le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, à l'Assemblée nationale, le 15 novembre 2011. (FRED DUFOUR / AFP)

La pilule n'est pas passée. Catherine Rey-Quinio, chargée de l'évaluation du Mediator pendant plus de dix ans à l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps) et ancienne salariée des laboratoires Servier, ne sera finalement pas promue à un "poste important" au sein de l'agence. Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, s'était opposé à cette nomination révélée mercredi 23 novembre par Le Figaro

Sous la pression, l'Afssaps a renoncé à cette promotion. "Ça crée un doute, et le doute n'est pas permis, explique à l'agence Reuters Dominique Maraninchi, directeur général de l'agence. Il y a eu un drame, je respecte les victimes, et je ne veux pas que leurs mémoires soient humiliées par un quelconque symbole." Il a indiqué que Catherine Rey-Quinio avait retiré sa candidature.

"Tout simplement impossible" pour Xavier Bertrand

Catherine Rey-Quinio a été "l'un des médecins de l'Afssaps qui a été chargé, entre autres, de l'évaluation du Mediator [médicament accusé d'avoir provoqué la mort de 500 à 2 000 personnes en France] depuis 1998 jusqu'à son retrait du marché en 2009", note Le Figaro. Elle devait être promue "directrice produit en oncologie, hématologie, immunologie et néphrologie".

A l'annonce de cette nomination, Xavier Bertrand avait réagi mercredi au micro de France Info : "Il y a un avant et un après Mediator. Cette personne ne peut pas assumer à l'avenir des fonctions de responsabilités à l'Afssaps. Vous ne pouvez pas avoir quelqu'un qui a été en charge de l'Isoméride (...) qui ait des responsabilités. C'est tout simplement impossible." 

Une décision très critiquée à l'Afssaps


La nomination de Catherine Rey-Quinio faisait aussi polémique au sein de l'Afssaps, où les salariés connaissaient son rôle dans le suivi du Mediator. Cependant, selon Le Figaro, tous ne savaient pas "qu'avant de rejoindre l'Afssaps à la fin des années 1990, elle a[vait] travaillé chez les laboratoires Servier, où elle a[vait] occupé le poste de médecin produit en charge de l'Isoméride".

L'Isoméride, retiré du marché en 1997, est le cousin germain du Mediator, en raison de sa proximité chimique. Ces deux médicaments se transforment dans l'organisme en norfenfluramine, substance toxique pour les valves du cœur. "Autrement dit, quand Catherine Rey-Quinio a pris en charge pour l'Afssaps le dossier du Mediator, elle connaissait parfaitement la molécule de Servier", rapporte Le Figaro.