Nicolas Hulot veut réintroduire deux nouveaux ours dans les Pyrénées

Il devait sauver l'ours pour ne pas être le ministre qui assiste à la disparition de cette lignée. Nicolas Hulot veut réintroduire deux ours femelles dans les Pyrénées. Une initiative qui ne plaît pas à tout le monde.

FRANCE 3
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Des ours comme celui-ci, il n'y en a plus que deux dans l'ouest des Pyrénées françaises. Un nombre insuffisant pour maintenir l'espèce, d'où la décision de Nicolas Hulot de leur amener deux femelles à l'automne prochain dans les Pyrénées-Atlantiques. "Il ne reste que deux mâles dans ce département dont Cannellito, fils de Cannelle, qui était le dernier des ours 100% pyrénéen", a assuré le ministre de la Transition écologique et solidaire.

Les éleveurs hostiles à l'initiative

Après la condamnation de l'État début mars pour avoir manqué à ses obligations de conservation de l'espèce, le ministre passe à l'offensive. "On ne peut pas donner de grandes leçons aux pays qui ont sur leur territoire d'emblématiques animaux sauvages menacés de disparition si l'on hésite nous-mêmes à protéger les espèces qui sont en danger en France", a déclaré Nicolas Hulot par communiqué. Si la région Nouvelle-Aquitaine approuve ce renforcement de la population, certains élus locaux soutiennent les éleveurs hostiles aux plantigrades. Selon un sondage réalisé pour 14 ONG, 84% des Français souhaitent le maintien d'une population d'ours. Pour cela il faudrait 250 individus, contre 37 aujourd'hui dans l'ensemble des Pyrénées.

Le JT
Les autres sujets du JT
Deux ours dans une forêt de Slovénie
Deux ours dans une forêt de Slovénie (DELTA IMAGES / CULTURA CREATIVE)