VIDEO. Aliments pas vraiment "made in France", emballages surdimensionnés : les arnaques sur l'étiquette à éviter lors de vos courses

L'ONG Foodwatch dénonce le manque de transparence de certaines étiquettes.

Vigilance recommandée lors de vos courses alimentaires au supermarché. L'ONG Foodwatch a lancé, mardi 1er décembre, son "calendrier du vent". Derrière chacune de ses 24 cases ? Des escargots "de Bourgogne" polonais, des boîtes de chocolats à l'huile de palme, ou encore un "Délice de courgettes au chèvre" qui contient... 0,2% de poudre de fromage. "Il s'agit de pointer du doigt des produits qui induisent en erreur parce que des informations sur l'emballage vendent du rêve alors que la réalité des produits est souvent assez différente", explique la directrice générale de Foodwatch France, Karine Jacquemart.

Plusieurs grandes catégories d'arnaques sur l'étiquette ont été décelées par l'ONG et les consommateurs. Par exemple, certains emballages paraissent bien plus volumineux que ce qu'il y a réellement à l'intérieur. "Ici, on a un fond du pot qui est incurvé vers l'intérieur. On a calculé environ 13% de volume en moins", explique Karine Jacquemart, un pot de rillettes à la main.

Des prix multipliés par 10

Lors des fêtes de fin d'année, certaines marques en profitent aussi pour faire gonfler les prix. Par exemple sur la confiture de figues... "Le problème, c'est qu'elle coûte jusqu'à 10 fois plus cher que des confitures de figues équivalentes. Pourquoi ? Parce que l'on a un tout petit volume, mais surtout on a une mention 'accompagnement pour foie gras'... alors que c'est tout simplement une confiture de figues", détaille la directrice générale de l'ONG.

Certains produits se vantent aussi d'être "made in France" alors que leur provenance est tout autre. C'est le cas notamment d'une boîte d'escargots "de Bourgogne" très trompeuse. "Il a fallu qu'on contacte le service consommateurs de la marque par téléphone pour apprendre qu'en fait, ces escargots venaient de Pologne", explique Karine Jacquemart.

Huile de palme et additifs en pagaille

D'autres produits vantent dans leur composition des ingrédients alléchants... qui sont en réalité présents en quantité ridicule. Comme le "Délice de courgettes au chèvre" : "ll faut retourner l'emballage et aller voir dans la liste des ingrédients en tout petit pour découvrir qu'il y a 0,2% de poudre de fromage de chèvre", explique la directrice de l'ONG.

A l'inverse, certains ingrédients posent problème pour l'ONG, comme l'huile de palme, décriée pour ses conséquences sur la déforestation. "On la retrouve dans des chocolats de Noël par exemple", note Karine Jacquemart. Autre sujet d'inquiétude pour Foodwatch : certains additifs controversés, notamment les nitrites. L'ONG s'est même alliée à Yuka et la Ligue contre le cancer pour demander l'interdiction des additifs E249 (nitrite de potassium), E 250 (nitrite de sodium), E251 (nitrate de sodium) et E252 (nitrate de potassium) utilisés dans la charcuterie industrielle. En attendant, on les retrouve toujours dans de nombreuses préparations culinaires.

Un homme fait ses courses au supermarché, le 1er décembre 2020. (photo d\'illustration)
Un homme fait ses courses au supermarché, le 1er décembre 2020. (photo d'illustration) (KOEN VAN WEEL / ANP MAG / AFP)