Cet article date de plus de sept ans.

Deux nouvelles planètes ressemblent à la Terre

Une équipe internationale d’astronautes a découvert les deux planètes les plus similaires à la Terre jamais observées, selon la revue scientifique "Science".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Visualisation de Kepler-62f, l'une des exoplanètes découvertes par des chercheurs, fournie le 18 avril 2013. (PYLE / NASA JPL-CALTECH / AFP)

Vous pouvez toujours chercher, il y a peu de chances que vous les aperceviez. Deux nouvelles exoplanètes (des planètes situées hors du système solaire) semblables à la Terre ont été découvertes, selon une étude publiée dans la revue scientifique Science, jeudi 18 avril. "A partir de ce qu'on peut observer, à savoir leur rayon et la durée de leur orbite autour de leur étoile, ces deux exoplanètes sont les objets les plus similaires à la Terre jamais trouvés", explique à l'AFP Justin Crepp, un astrophysicien de l'université de Notre Dame (Indiana, Etats-Unis), coauteur de cette découverte.

Kepler-62e et Kepler-62f sont toutes deux environ 50% plus grosses que la Terre. Les deux planètes tournent en orbite dans la "zone habitable" de leur étoile, baptisée Kepler 62, en raison du nom du télescope qui a permis sa découverte. Dans cette zone, l'eau pourrait se trouver sous forme liquide, précise CNN (en anglais). Mais "n'espérez pas aller y nager bientôt", plaisante le site de la chaîne américaine, car ce système se trouve à 1 200 années-lumière de la Terre.

Semblables mais pas forcément habitables

Kepler-62f, la plus petite, semble être composée de roche et comporter des pôles. Il lui faut 267,3 jours pour faire le tour de Kepler 62, son "Soleil". Mais les scientifiques disposent de données encore plus précises : "Si vous vous teniez sur Kepler-62f, l'étoile vous paraîtrait plus grosse que notre Soleil, mais la luminosité serait la même que sous un ciel nuageux", explique William Borucki, l'un des auteurs de l'étude.

Sa voisine, Kepler-62, est décrite par le même chercheur comme un "water world", un globe principalement composé de profonds océans, explique CNN. Les années y sont plus courtes : il lui faut 122,4 jours pour faire le tour de Kepler 62. Slate (en anglais) précise toutefois qu'il est trop tôt pour dire si les deux globes sont habitables. De nombreuses informations manquent encore, notamment sur la présence d'une atmosphère (indispensable à la vie) et sur la quantité de CO2 présente dans cette atmosphère.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.