Cet article date de plus de treize ans.

Un japonais qui rêve d'arène...

Taira Nono pourrait bien devenir le premier Japonais à devenir matador professionnel après sa prestation dimanche
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les picadors sont des hommes à cheval chargés de planter des lances dans l'échine du taureau pour l'affaiblir (© France 3)
Taira Nono pourrait bien devenir le premier Japonais à devenir matador professionnel après sa prestation dimancheTaira Nono pourrait bien devenir le premier Japonais à devenir matador professionnel après sa prestation dimanche

L'exploit a eu lieu dans les arènes de Torremolinos dans le sud du pays. Taira Nono s'est sorti avec les honneurs de sa première
novillada avec picadors.

Le Japonais a même reçu une oreille en guise de récompense, accordée par le président des arènes sous les demandes pressantes du public.

Agé de 35 ans, le Japonais a découvert sa vocation en regardant un reportage à la télévision. Il y a douze ans, il a quitté Tokyo direction l'Espagne avec un objectif, devenir matador.

Jusqu'alors, il n'avait participé qu'à des novilladas de taureaux âgés de moins de trois ans et sans picadors pratiquées par les amateurs.

Les matadors professionnels affrontent eux des bêtes d'au moins 4 ans, dont le poids peut oscillerentre 480 et 600 kilos.

Reste que pour devenir matador, Taira Nono devra encore réussir plusieurs autres novilladas avec picadors et surtout prendre l'alternative, une cérémonie durant laquelle le novice ou "novillero" est proposé pour devenir professionnel et
secondé par deux autres matadors.

"Je suis très heureux et j'ai vraiment envie de réussir. J'adore le monde de la tauromachie et je suis en Espagne pour devenir le premier matador japonais dans l'histoire", avait déclaré Taira Nono aux journalistes avant de se lancer dans l'arène dimanche.

En attendant, Nono gagne sa vie comme ramasseur de fruits et de légumes en Andalousie (sud).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bizarre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.