Cet article date de plus de neuf ans.

Des passagers forcés de payer le plein de leur avion

Les voyageurs embarqués sur un vol entre l'Inde et le Royaume-Uni ont dû se cotiser pour payer les 24 000 euros de carburant de leur appareil, coincé à Vienne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des passagers d'un vol Comtel arrivant à Amritsar en Inde en provenance de Vienne (Autriche), le 2 octobre 2011. (NARINDER NANU / AFP)

Un billet... et le plein de l'avion. C'est ce qu'ont dû payer les 180 passagers du vol Amritsar-Birmingham pour arriver à destination. Après un premier retard de quatre jours, l'avion au départ de la ville indienne s'est retrouvé bloqué sur le tarmac de l'aéroport de Vienne (Autriche), où il s'est arrêté pour faire le plein.

Les pilotes de la compagnie Comtel ont alors expliqué qu'il manquait 24 000 euros pour remplir les réservoirs et poursuivre le vol. Les passagers ont raconté au journal Birmingham Mail (article en anglais) avoir été "rançonnés" et menacés d'être débarqués s'ils ne payaient pas la somme en question.

REUTERS

Un retard de paiement du tour opérateur

"On s'est cotisé, on a sorti notre argent, 130 livres [152 euros] chacun. Les enfants ne payaient pas. Si nous n'avions pas l'argent, ils nous faisaient sortir un à un pour tirer l'argent au distributeur", a témoigné sur la chaîne de télévision Channel 4 une des passagères qui voyageait avec sa fille de 2 ans. Le vol, qui devait arriver samedi au Royaume-Uni, n'a finalement rejoint Birmingham que mardi soir.

A Vienne, où est enregistré la compagnie, Konrad Bhupinder, directeur opérationnel de Comtel Air, explique que le problème était dû à un retard de paiement du tour opérateur Skyjet auprès duquel les passagers avaient acheté leur billet. Il a également déclaré au Birmingham Mail qu'il veillerait à ce que les passagers soient remboursés. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bizarre

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.