VIDEO. Un ancien temple et un terrain de sport aztèques datant du XVe siècle découverts à Mexico

Il s'agit, selon les historiens, des vestiges d'un temple semi-circulaire dédié au dieu du vent Ehecatl-Quetzalcoatl.

REUTERS

Les archéologues mexicains se réjouissent de cette découverte en plein centre de Mexico : un ancien temple et un terrain de sport aztèques datant du XVe siècle. Ils ont dévoilé, mercredi 7 juin, les vestiges d'un temple semi-circulaire dédié au dieu du vent Ehecatl-Quetzalcoatl et un terrain de jeu attenant, où se pratiquait un jeu de balle mortel.

Le temple est un demi-cercle situé au-dessus d'un rectangle. L'ensemble mesurait 34 mètres de long et 4 mètres de hauteur, selon les archéologues. Seule une partie de la structure, un escalier et une partie des tribunes, sont visibles, mais les travaux d'excavation vont se poursuivre. Les archéologues estiment que le terrain original mesurait 50 mètres de long.

Les ruines de l'ancienne capitale aztèque 

Des ossements humains ont été également découverts sur le site, provenant probablement de personnes décapitées durant un rituel, selon eux. Toujours selon les historiens, c'est bien dans cet espace que le conquistador espagnol Hernán Cortés a assisté pour la première fois à ce jeu rituel aztèque en 1528, à l'invitation du dernier empereur aztèque, Moctezuma, dont il allait conquérir l'empire.

Les travaux ont pu débuter sur le site lorsqu'un hôtel qui s'y dressait s'est effondré en 1985 lors du tremblement de terre dévastateur qui a frappé la capitale mexicaine, faisant des milliers de victimes.

Il s'agit des derniers vestiges en date mis à jour dans le centre historique, sur le site où se trouvait le Templo Mayor (Grand Temple). La mégapole de Mexico a été construite sur les ruines de l'ancienne capitale aztèque, Tenochtitlan.

Les vestiges d\'un temple et d\'un terrain de sport aztèques, le 8 juin 2017, à Mexico, la capitale du Mexique.
Les vestiges d'un temple et d'un terrain de sport aztèques, le 8 juin 2017, à Mexico, la capitale du Mexique. (HENRY ROMERO / REUTERS)