VIDEO. Quand l'élection de Miss Pérou devient une tribune contre les violences faites aux femmes

Les 23 candidates ont toutes dénoncé les violences subies par les femmes dans leur pays.

Voir la vidéo

En août 2016, des dizaines de milliers de femmes péruviennes descendaient dans la rue pour dénoncer les violences dont elles étaient victimes au quotidien. Plus d’un an plus tard, la lutte s’est poursuivie sur la scène de l’élection de Miss Pérou, dimanche 29 octobre. Les 23 candidates ont tour à tour pris la parole comme le veut la tradition. Mais au lieu de décrire leurs mensurations, elles ont annoncé des chiffres accablants illustrant les violences quotidiennes que les Péruviennes subissent.

95 femmes tuées en 2015, déjà en 82 en 2017

Chaque discours était un cri d’alarme. Camila Canicoba, la première à s’exprimer, a avancé le chiffre de 2202 cas de "féminicides" sur les neuf dernières années dans le pays. Samantha Batallanos a ensuite déclaré au micro qu’une "fille meurt toutes les 10 minutes à cause de l’exploitation sexuelle". Juana Acevedo a, elle, rappelé que "plus de 70% des femmes [du] pays sont victimes d’harcèlement dans la rue". La gagnante, Romina Lozano, a dénoncé les 3114 femmes victimes du trafic d’êtres humains depuis 2014.

La séquence s’est terminée avec le message du présentateur : "Ce soir, nous ne parlons pas seulement de ces 23 femmes. Ce soir, nous parlons de toutes les femmes de notre pays qui ont des droits et méritent le respect".

Romina Lozano a dénoncé le trafic d\'êtres humains lors de l\'élection de Miss Pérou
Romina Lozano a dénoncé le trafic d'êtres humains lors de l'élection de Miss Pérou (YOUTUBE)