C'est l'heure ... de régler sa montre !

A 2 heures, il était 3 heures. Vous connaissez le refrain, nous sommes passés à l'heure d'été cette nuit.

Dans la nuit de samedi à dimanche 25 mars, à 2 heures il était 3 heures. 
Dans la nuit de samedi à dimanche 25 mars, à 2 heures il était 3 heures.  (JEFF PACHOUD / AFP)

Le passage à l'heure d'été a eu lieu cette nuit en France et dans les pays européens. Un passage obligé deux fois par an depuis le choc pétrolier de 1974. Une question d'économies d'énergie.

"Pas d'enjeu stratégique"

Le changement en heure d'été fin mars et heure d'hiver fin octobre est entré en vigueur en 1976 à la suite du choc pétrolier dans le but de réaliser des économies d'énergies en réduisant les besoins en éclairage en fin de journée. "D'une manière générale, c'est bien accepté par la société, même si les impacts en termes d'économie d'énergie ne sont pas considérables", souligne Eric Vidalenc, ingénieur au service économie et prospective de l'Agence française de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe). "Nous ne faisons pas des études annuellement, parce qu'il n'y a pas d'enjeu stratégique autour de tout ça ni en terme de gain d'énergie ni en terme de questionnement de la part de la société", explique-t-il.

L'expert souligne par ailleurs que l'impact de ce changement d'heure sur la consommation d'énergie va aller décroissant au fil des années, en raison de la mise en place d'autres mesures d'efficacité énergétique, comme les lampes basse consommation par exemple. Selon les estimations de l'Ademe, l'économie d'énergie attendue en 2030 se situera autour de 300 GWh contre 440 GWh réalisée en 2009, dernier relevé annuel disponible.