Cet article date de plus de huit ans.

Cellule islamiste de Cannes/Torcy: une quatrième interpellation

Un homme de 20 ans a été interpellé mardi matin dans l'enquête sur la cellule islamiste de Cannes et Torcy, après trois autres interpellations la veille en Seine-et-Marne, a-t-on appris de source policière. Les trois premiers interpellés sont âgés de 19, 21 et 24 ans.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Un homme de 20 ans a été interpellé mardi matin dans l'enquête sur la cellule islamiste de Cannes et Torcy, après trois autres interpellations la veille en Seine-et-Marne, a-t-on appris de source policière. Les trois premiers interpellés sont âgés de 19, 21 et 24 ans.

Quatorze personnes ont déjà été mises en examen dans cette enquête, qui trouve son origine dans l'attentat contre une épicerie juive de Sarcelles (Val-d'Oise) le 19 septembre. Une personne avait été blessée par le jet d'une grenade dans ce commerce.

L'attaque a conduit au démantèlement en octobre à Torcy (Seine-et-Marne) et Cannes (Alpes-Maritime) d'une cellule islamiste composée de personnes ayant pour certaines d'entre elles le profil de délinquant convertis à "l'islam radical".

Le coup de filet d'octobre a été marqué par le décès d'un chef présumé de cette cellule, Jérémie Louis-Sidney, abattu à Strasbourg par la riposte de policiers sur lesquels il a tiré alors qu'ils venaient l'arrêter.

Outre les arrestations, l'enquête a permis depuis de découvrir de nombreux éléments susceptibles d'entrer dans la composition d'un "engin incendiaire similaire à ceux utilisés lors de la vague d'attentats commis par le GIA en 1995 et 1996".

Les enquêteurs pensent que plusieurs des suspects poursuivis dans ce dossier ont participé à la mise en place d'une filière visant à rejoindre des groupes armés à l'étranger pour y mener le jihad. Les spécialistes estiment que plusieurs dizaines de Français se sont rendus ou ambitionnent de se rendre en Syrie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Accueil

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.