Bac : les jurys en mode secours

Après des couacs en série, le Bac 2019 restera dans les annales comme une édition mouvementée. Face à la grève, le ministre de l'Intérieur a trouvé une parade en s'appuyant sur le contrôle continu.

En théorie, l'équation est simple : ça passe ou ça casse, ou alors on va au rattrapage. Cette année, pour certains, les résultats du bac sont provisoires. "On va vous donner votre relevé de notes, vous faites partie des gens qui ont une note provisoire", précise une professeure à un élève vendredi 5 juillet au moment des résultats. Les copies ont été retenues par des professeurs grévistes, et c'est la note du contrôle continu qui s'applique. Un coup dur pour certains. "J'ai eu 7 alors que peut être, je n'ai pas eu 7. Je vais devoir me présenter aux rattrapages alors que j'ai peut-être eu mon bac", regrette une jeune fille. Pour d'autres, c'est une aubaine. "Je suis assez content, normalement en philo on a des notes plutôt basses, et là j'ai eu 13", sourit un jeune homme.

30 000 élèves touchés

Au final, c'est la meilleure des deux notes qui sera retenue. 30 000 élèves sont concernés, soit 1% des candidats. Le rectorat avait demandé d'appliquer la moyenne de l'année dans la matière. Mais certains dénoncent des notes mal reportées. "J'ai répertorié cinq élèves dont les moyennes sont fausses. Certains sont au rattrapage et là c'est totalement scandaleux", dénonce Mohamed Boujemaoui, professeur au lycée Marie Aubrac à Pantin, Seine-Saint-Denis.
À Montauban, une présidente de jury a refusé de statuer et s'interroge sur le procédé. "Normalement, les présidents de jurys signent tous les relevés de notes des élèves, et nous ne l'avons pas fait hier. Donc qui l'a fait ?" Le ministère estime avoir respecté les règles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des lycéens découvrent leurs résultats du bac, à Saint-Denis de la Réunion, le 5 juillet 2019.
Des lycéens découvrent leurs résultats du bac, à Saint-Denis de la Réunion, le 5 juillet 2019. (RICHARD BOUHET / AFP)