Apologie du terrorisme : plainte pour diffamation après l'audition d'un enfant de 9 ans

Ces accusations étaient totalement infondées, selon le procureur de Soissons (Aisne), vendredi 30 janvier.

Accusé à tort d\'avoir troublé une minute de silence en hommage à \"Charlie Hebdo\", un enfant de 9 ans avait été entendu par les gendarmes de Villers-Cotterêts (Aisne), le 15 janvier 2015, en présence de son père.
Accusé à tort d'avoir troublé une minute de silence en hommage à "Charlie Hebdo", un enfant de 9 ans avait été entendu par les gendarmes de Villers-Cotterêts (Aisne), le 15 janvier 2015, en présence de son père. ( GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO )
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un homme a porté plainte pour diffamation car son fils de neuf ans a été accusé d'avoir crié "Allah Akbar", pendant une minute de silence en hommage à Charlie Hebdo. L'affaire a été prise au sérieux, au point de conduire à une enquête pour apologie du terrorisme. L'enfant avait même été entendu par les gendarmes de Villers-Cotterêts (Aisne), le 15 janvier, en présence de son père.

"Eviter de s'emballer inutilement"

Pourtant, ces accusations "sont sur le plan de la matérialité des faits totalement infondés", résume le procureur de Soissons, Jean-Baptiste Bladier, vendredi 30 janvier. "On est dans une cantine municipale qui accueille plusieurs écoles, pendant la minute de silence il n'y a aucun témoin qui entend ce garçon de neuf ans venir dire 'Allah akbar, vive le Coran'."  En fait, un autre enfant est venu raconter cette version à sa mère, l'une des employées de la cantine. A son tour, celle-ci l'a raconté à la personne qui encadre la cantine, ce qui a donné lieu à un signalement, transmis à la brigade de gendarmerie.

L'enfant mis en cause "ne comprend pas, il y a eu un quiproquo entre les deux enfants", toujours selon le procureur. Mécontent, le père a donc déposé plainte, vendredi 23, pour dénonciation calomnieuse et diffamation. De son côté, Jean-Baptiste Bladier espère que les conclusions de l'enquête servent à "éviter de s'emballer inutilement" les prochaines fois.