Un trafiquant de dinosaures condamné à trois mois de prison

Un paléontologue américain acheminait illégalement des squelettes et des fossiles de dinosaure, de l'Asie vers les Etats-Unis.

Photo d\'un squelette de tarbosaure acheminé illégalement aux Etats-Unis, présentée au procès d\'Eric Prokopi, au tribunal fédéral à New York (Etats-Unis), en 2012.
Photo d'un squelette de tarbosaure acheminé illégalement aux Etats-Unis, présentée au procès d'Eric Prokopi, au tribunal fédéral à New York (Etats-Unis), en 2012. ( AP / SIPA )

Il faisait tourner un marché noir de coraux, de fossiles et de squelettes à lui tout seul. L'Américain Eric Prokopi a été condamné à New York (Etats-Unis), mardi 3 juin, à trois mois de prison et 15 mois de liberté surveillée pour trafic de dinosaures. Pendant son procès, le paléontologue a reconnu avoir acheminé de la Mongolie aux Etats-Unis, entre 2010 et 2012, de nombreux squelettes datant de dizaines de millions d'années.

"Ce que j'ai fait était mal et je n'ai pas réalisé la gravité de mes actes", avait confessé Eric Prokopi lors d'une audience, en 2012. Pétri de regrets, le trafiquant avait ensuite fait son possible pour aider à retrouver au moins 18 squelettes et fossiles de dinosaures, ce qui lui a valu la clémence des juges.

Un squelette vendu un million de dollars aux enchères

Parmi ses plus grosses prises, le squelette d'un Tarbosaurus bataar presque complet âgé de 70 millions d'années, mesurant plus de sept mètres de long, vendu aux enchères à New York en mai 2012 pour plus d'un million de dollars. Dérobé à la Mongolie dans le désert de Gobi, le tarbosaure (un grand dinosaure carnivore) a été rendu au pays, qui considère les fossiles commr une propriété nationale et en interdit l'exportation.

Avant cet exploit illicite, Eric Prokopi, qui vendait du corail comme des fossiles, avait déjà importé au moins un autre tarbosaure presque entier, deux Saurolophus, deux Oviraptor, et un Microraptor acheté en Chine.