Cet article date de plus de quatre ans.

Thaïlande : deux bébés orangs-outans échappent à des trafiquants grâce à WhatsApp

Les trafiquants eux n'ont pas encore été arrêtés. L'enquête est toujours en cours.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des bébés ourang-outans secourus des trafiquants à Bangkok (Indonésie), le 21 décembre 2016. (SARAYOUTH PHALEEBATRA / ASIAWORKS / AFP)

Deux bébés orangs-outans sauvés des griffes des trafiquants en Thaïlande. Ces derniers s'apprêtaient à les vendre. Mais deux policiers thaïlandais se faisant passer pour des acheteurs ont proposé de verser plus de 18 000 euros via l'application de messagerie mobile WhatsApp, mercredi 21 décembre.

C'est un informateur anonyme qui avait alerté les policiers. Une petite annonce offrait à la vente ces deux bébés singes âgés de moins d'un an et appartenant à une espèce protégée. Les policiers ont alors contacté les vendeurs par WhatsApp. "Ils se sont mis d'accord sur un prix de 700 000 bahts [environ 18 600 euros] et ont transféré 100 000 bahts d'accompte sur un compte bancaire appartenant à un Thaïlandais", raconte le directeur adjoint du parc national de Thaïlande.

Deux boules de poils livrées en taxi

Les officiers en civil ont finalement récupéré les animaux mercredi, près d'un supermarché de Bangkok, une fois la livraison des deux petites boules de poils effectuée par un chauffeur de taxi. Arrêté, le chauffeur de taxi a finalement été libéré, ayant pu prouver qu'il ne faisait pas partie du gang de trafiquants. "En ce qui concerne les vrais trafiquants, l'enquête est toujours en cours", a précisé un policier membre du service de protection des animaux sauvages.

Les orang-outans sont originaires de Malaisie et d'Indonésie mais font souvent l'objet de trafics à travers l'Asie du sud-est, que ce soit pour échouer dans des zoos privés ou comme animaux de compagnie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.