Pologne : naissance d'un tigre de Sumatra, espèce en danger critique d'extinction, dans un zoo

Sa mère, Nuri, âgée de sept ans, et son père, Tengah, âgé de 11 ans, font partie d'un programme mondial visant à sauver cette espèce. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran d'une vidéo présentant le tigre de Sumatra né pendant la période de confinement, le 20 mai 2020, au zoo de Wroclaw, en Pologne.  (ZOOM DE WROCLAW / FRANCEINFO)

Elle est venue au monde le 20 mai, pendant le confinement, mais la nouvelle n'est connue que maintenant. Une tigresse de Sumatra est née dans le jardin zoologique de Wroclaw, dans le sud-ouest de la Pologne, ont annoncé vendredi 24 juillet ses responsables sur leur site.

Sa mère, Nuri, âgée de sept ans, et son père, Tengah, âgé de 11 ans, font partie d'un programme mondial visant à sauver cette espèce. "Nous étions anxieux car c'est le premier bébé de Nuri, mais elle s'est avérée une maman experte", a indiqué le directeur du zoo, Radoslaw Ratajszczak.

Les internautes invités à lui trouver un nom

Le zoo a invité les internautes à l'aider à trouver un nom pour le petit. "Nous serions heureux de trouver un nom asiatique reflétant l'origine de l'espèce", a précisé Radoslaw Ratajszczak.

Selon le directeur, les tigres de Sumatra vivent généralement environ 30 ans, les femelles donnant naissance à une dizaine de petits au cours de leur vie. Originaire de l'île indonésienne de Sumatra, ces tigres sont considérés en danger critique d'extinction par l'Union internationale pour la conservation de la nature, avec moins de 400 individus vivant à l'état sauvage et moins de 300 autres en captivité.

Selon Traffic, un réseau mondial de surveillance du commerce des espèces sauvages, le braconnage est le premier responsable de la mortalité des tigres de Sumatra. Des parties de tigre sont largement utilisées en médecine traditionnelle, en particulier en Chine, bien que des preuves scientifiques aient démontré leur inefficacité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.