Cet article date de plus de sept ans.

Les internautes chinois indignés par la décapitation d'un chaton

Une Chinoise a posté les photos du cadavre d'un félin mutilé sur internet, suscitant une avalanche de réactions outrées.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
En Chine, les lois manquent pour punir les auteurs de maltraitance sur les animaux. (TIM RIDLEY / DORLING KINDERSLEY / GETTY IMAGES)

Elle a posté des clichés du cadavre mutilé sur les réseaux sociaux. Une Chinoise qui a décapité un petit chat et publié en ligne des photos de son acte a déclenché une vague de réactions outrées de dizaines de milliers d'internautes, dans un pays où la cause animale progresse lentement.

Li Pingping, une ancienne consultante en marketing, a acheté le chaton le mois dernier et lui a coupé la tête la semaine dernière dans sa salle de bains, a rapporté jeudi 29 mai, le journal China Daily (en anglais).

La législation chinoise peu avancée

"Cette cruauté dépasse les frontières de l'imaginable", a par exemple jugé un internaute. D'autres ont estimé que la tortionnaire souffrait d'une maladie mentale. Face à l'ampleur de la controverse, Li a publié une lettre d'excuses, affirmant avoir agi sous l'effet de l'alcool et d'un accès de déprime.

En Chine, les lois manquent pour punir les auteurs de ce type d'abus. En 2010, une polémique similaire avait éclaté après que des jeunes filles avaient publié des vidéos où elles écrasaient des petits lapins avec leurs escarpins ou en s'asseyant dessus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Animaux

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.