Le plus grand gorille du monde est "à un pas" de l'extinction

Victime d'une poussée de braconnage en République démocratique du Congo (RDC) le gorille de l'Est a été classé, dimanche, dans la catégorie des espèces "en danger critique" de disparition.

Un gorille de l\'espèce \"Gorilla beringei\" dans le Parc national des Volcans (Rwanda), le 26 août 2014.
Un gorille de l'espèce "Gorilla beringei" dans le Parc national des Volcans (Rwanda), le 26 août 2014. (SUZI ESZTERHAS / MINDEN PICTURES)

Après l'éléphant d'Afrique, dont les populations sont en déclin, c'est au tour du gorille de l'Est (Gorilla beringei) d'être menacé. Et plus sévèrement encore. Victime d'une poussée de braconnage en République démocratique du Congo (RDC), le plus grand gorille du monde, également présent au Rwanda et en Ouganda, a été classé, dimanche 4 septembre, dans la catégorie des espèces "en danger critique" de disparition, par les représentants de l'Union nationale pour la conservation de la nature (UICN). Il s'agit de la dernière catégorie avant l'extinction à l'état sauvage.

Il ne reste plus que 5 000 spécimens de gorille de l'Est à l'état sauvage dans le monde. L'espèce, qui se trouve désormais à "un pas de la disparition", a déploré l'UICN. Les chimpanzés et les bonobos sont, pour leur part, classés "en danger" et également menacés de disparition.

La chasse illégale, danger le plus grave

La guerre, la chasse illégale et la destruction d'une bonne partie de l'habitat du gorille ont mené "à un déclin catastrophique de sa population, réduite de plus de 70% en vingt ans", souligne l'organisation internationale dans un communiqué"Il est illégal de tuer ou de capturer des grands singes, cependant la chasse représente le danger le plus grave pour les gorilles des plaines orientales", souligne l'UICN.

Le génocide rwandais a aussi joué un rôle dans la réduction drastique de leur nombre, affirme John Robinson, primatologue à l'AFP. "Le génocide a poussé beaucoup de monde hors du Rwanda jusque dans l'est de la République démocratique du Congo, en des lieux qui avaient été peu occupés par l'homme", explique-t-il. Certains de ces nouveaux habitants ont chassé les gorilles pour se nourrir, tandis que les activités minières et les habitations envahissaient une partie de l'habitat des grands singes.