Célibataire endurci, inspirateur de Pokémon et "victime du plus grand trafic planétaire" : connaissez-vous le pangolin ?

La Convention internationale sur le commerce d'espèces sauvages menacées d'extinction (Cites) s'est ouverte samedi à Johannesburg (Afrique du Sud). Ses objectifs ? Empêcher la disparition d'animaux très médiatiques comme l'éléphant ou le rhinocéros mais aussi du pangolin, un mammifère terrestre méconnu.

Un pangolin marche dans le parc national de Kgalagadi, en Afrique du Sud. 
Un pangolin marche dans le parc national de Kgalagadi, en Afrique du Sud.  (NIGEL J DENNIS / MAXPPP)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

En 1985, Pierre Desproges ne mâchait pas ses mots à l'encontre du mystérieux mammifère recouvert d'écailles : "Le pangolin ressemble à un artichaut à l'envers, prolongé d'une queue à la vue de laquelle, on se prend à penser que le ridicule ne tue plus." Un an plus tard, l'humoriste déclare sur France Inter regretter un "jugement blessant, sans doute hâtif" à l'encontre du pangolin. Un acte public de contrition qui n'a pas porté chance à l'intéressé : l’ensemble des huit espèces de pangolins présentes en Afrique et en Asie du Sud-Est sont menacées de disparition. A côté des très médiatiques éléphants et autres rhinocéros, le pangolin est au centre de la réunion de la Convention internationale sur le commerce d'espèces sauvages menacées d'extinction (Cites), qui se tient à Johannesburg (Afrique du Sud) du 24 septembre au 5 octobre 2016. Entre train de vie de célibataire et écailles aphrodisiaques, qui est donc "l'animal victime du plus grand trafic planétaire", selon John Scanlon, le secrétaire général de la Cites 

Près d’un million de pangolins ont été vendus illégalement au cours de la dernière décennie, rapporte, en 2015, le Fonds international pour la protection des animaux, "en dépit d’un embargo sur le commerce international des quatre espèces de pangolin asiatique". De son côté, "l’Afrique abrite pour sa part quatre autres espèces, qui ne font l’objet de presque aucune mesure de protection". Dix-neuf pays et ONG réclament donc une interdiction pure et simple du commerce du pangolin, toujours légal sur le continent africain. Car l'urgence est là. "Le pangolin pourrait disparaître avant que la plupart des gens ne sachent qu’il existe", regrette le journaliste John D. Sutter, de CNN, qui avait mené une enquête en 2014 sur le trafic illicite des mammifères.

Une vie de célibataire

Car le pangolin reste inconnu du grand public. Les organisations de défense de l'environnement, comme WWF, en font rarement la vitrine de leurs campagnes. Elles lui préfèrent le panda. En cause ? Son physique atypique, selon Kanitha Krishnasamy de Traffic"Malheureusement, le pangolin n'attire pas l'attention du public, donc par extension des autorités, car ces animaux écailleux sont considérés comme moins sexy que les plus gros mammifères", regrettait la chercheuse, interrogée par l'AFP en 2011. Bref, Pierre Desproges avait vu juste : seul mammifère à être entièrement recouvert d'écailles (en kératine), le pangolin n'est pas suffisamment attrayant, et c'est bien son malheur.

De plus, le pangolin a un mode de vie plutôt discret. Inutile d'essayer de le croiser le jour, il préfère sortir une fois la nuit tombée pour aller se nourrir de termites et de fourmis, qu'il repère grâce à son odorat particulièrement développé. Le mammifère éventre les fourmilières et termitières avec ses pattes et les capture grâce à sa langue.

Il préfère le célibat, comme le pangolin terrestre du Cap, relate le site Natura-Sciences.com. Souvent, le mâle et la femelle se retrouvent seulement pour la période de reproduction et se séparent tout de suite après. Un seul petit naît de cet accouplement, dont la mère prend soin toute seule. Un mode de vie à part, qui le rend vulnérable.

Du pangolin au Pokémon

Mais l'étrange animal peut également être une source d'inspiration. Un Pokémon similaire au pangolin a fait son apparition en 1995 : le Sabelette, qui évolue dans le même environnement et utilise une stratégie identique pour se protéger. Ce dernier "vit sur des terres arides épargnées par la pluie". Son principal moyen de défense ? "Il se roule en boule pour se protéger." 

D\'après le Pokedex, \"ce Pokémon s\'enroule sur lui-même pour se protéger des ennemis\".
D'après le Pokedex, "ce Pokémon s'enroule sur lui-même pour se protéger des ennemis". (CAPTURE ECRAN POKEMON GO)

Une technique utile face à l'attaque d'un Pokémon, mais qui ne résiste pas aux braconniers, pour qui les pangolins constituent une proie facile. Légers, ne pesant pas plus de 20 kilos, ils peuvent aisément être capturés. 

Problème, le pangolin ne supporte pas la captivité. Comme le relate le site ZooKeys, il est particulièrement difficile d'élever des pangolins, du fait "de son comportement particulier et de sa dépendance à son écosystème naturel". Son espérance de vie ne dépasse pas six mois dans un zoo en général. Une particularité qui complique sa préservation.

Il est très difficile de garder des pangolins en captivité, ils se nourrissent exclusivement de fourmis sauvages et de termites et ont tendance à se stresser et à se déshydrater très vite, ce qui fait qu'ils meurent en général au bout de dix jours de captivité.Ray Jansen, professeur à l'Université de PretoriaAFP

Des écailles aphrodisiaques

Chassé pour sa viande réputée savoureuse, le pangolin est un met particulièrement prisé, notamment en Asie, en période de fêtes, relate Sciences et Avenir. Mais la véritable raison de son extinction vient des vertus médicinales de ses écailles en kératine et de son sang, explique Le Monde. Malgré l'interdiction internationale du commerce du pangolin asiatique en 2000, la demande reste très forte et le braconnage explose.

Pour Colman O'Criodain de WWF, interrogé par l'AFP, les stocks de quatre espèces de pangolins d'Asie sont au plus bas et ceux des quatre autres espèces africaines ont très sérieusement décliné. 

A Hong Kong, deux tonnes d\'écailles de pangolines ont été saisies au marché noir en juin 2014, pour une valeur totale de 1,15 millions d\'euros. 
A Hong Kong, deux tonnes d'écailles de pangolines ont été saisies au marché noir en juin 2014, pour une valeur totale de 1,15 millions d'euros.  (ALEX HOFFORD / MAXPPP)

Dans la médecine alternative chinoise, les écailles sont réduites en poudre et utilisées dans de nombreux cas, des maux de tête aux douleurs menstruelles, en passant par les saignements de nez ou les problèmes de virilité. Son sang, mélangé à de l'alcool de riz, serait particulièrement bénéfique pour le cœur et servirait également d'aphrodisiaque. Si son efficacité n'est pas prouvée scientifiquement, elle contribue au développement sans conséquence du trafic illégal du pangolin, de l'Afrique vers l'Asie.

En août 2016, 657 pangolins congelés ont ainsi été saisis sur l’île de Java par la police indonésienne. Seulement la face immergée de l'iceberg ? Selon les estimations de différentes ONG dont le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw), ils seraient plus de 100 000 par an à être victimes de commerce illégal. Mais pour Michèle Jung, présidente de l’association Animal Asia France, contactée par Libération, il est impossible de mesurer ce trafic, "tant son ampleur est invraisemblable et d’origines multiples".