Chacal doré repéré en Haute-Savoie : "Cela faisait partie des choses assez probables", puisqu'il était "en Italie et en Suisse"

François Moutou, vétérinaire et président d’honneur de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères, a expliqué, mardi sur franceinfo, que le chacal doré n'avait pas de statut juridique en France.

Photo postée le 15 décembre 2017 sur la page Facebook du vice-président de la Fédération des chasseurs de la Haute-Savoie.
Photo postée le 15 décembre 2017 sur la page Facebook du vice-président de la Fédération des chasseurs de la Haute-Savoie. (CAPTURE D'ECRAN FACEBOOK)

Il n'est "pas vraiment" étonnant de trouver un chacal doré dans les Alpes, a expliqué, mardi 19 décembre sur franceinfo, François Moutou. Pour le vétérinaire et président d’honneur de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères (SFEPM), "cela faisait partie des choses assez probables", puisqu'il était "en Italie et en Suisse". Le mammifère, essentiellement "détritivore", n'a pas "de statut juridique en France" et fait l'objet d'une protection "pas très élevée" en Europe, a précisé François Moutou.

franceinfo : Est-ce étonnant de trouver un chacal doré dans les Alpes ?

François Moutou : Pas vraiment. On savait qu'il était déjà en Italie et en Suisse. Qu'un individu ou deux passent la frontière, cela faisait partie des choses assez probables. L'espèce est en expansion depuis les Balkans, depuis la fin du XXe siècle. Elle est partie depuis le centre de l'Europe vers les pays Baltes, puis vers l'ouest. Le chacal habitait l'ensemble des Balkans, la Roumanie, la Bulgarie. Le long de la mer Adriatique, ils sont plus nombreux que les renards. C'est une espèce qui, dans ces pays-là, est assez commune.

Est-ce que c'est un animal nomade et est-ce qu'il vit en meute ?

Les animaux ne font pas des centaines de kilomètres. Mais quand une famille est installée, que les jeunes grandissent, ces derniers vont chercher un endroit sans chacal pour s'installer. Dès que les grands sont émancipés, ils s'en vont. Ils iront au-delà du territoire des parents. Et de proche en proche, si l'espace leur convient, si la nourriture leur convient, ils peuvent gagner du terrain. Les meutes sont très inhabituelles.

Comment peut-on vérifier que c'est bien un chacal ?

Cela ressemble à un chacal doré, mais on peut ne pas avoir assez d'arguments pour trancher. On peut aller sur place pour tâcher de retrouver le paysage, mesurer les troncs d'arbres, les traces. On peut espérer en croiser un dans de meilleures conditions, avec une photo de jour en couleur, ou malheureusement [trouver] un animal qui se ferait écraser au bord d'une route.

Est-ce que c'est une espèce protégée et est-ce un prédateur ?

Pour les campagnols, les petits mammifères, certainement. Il est aussi volontiers détritivore, donc tous nos restes de pique-nique, de sandwich, de poubelles, cela peut faire son affaire. Ce n'est pas le loup ! Ce n'est pas la même problématique. Il n'a pas de statut juridique en France, puisqu'il n'existe pas encore officiellement. En Europe, il est sur l'annexe 5 de la directive habitat. Cela veut dire qu'il peut être chassé mais qu'on n'a pas le droit de l'exterminer volontairement. Il bénéficie donc d'un niveau de protection qui n'est pas très élevé.