Vidéo Un élevage "Préférence" de la marque Herta de nouveau épinglé par L214

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Épinglé l'an passé par L214 Ethique et Animaux, cet élevage avait fait l'objet d'une inspection par les services de l'État qui avait conclu à sa "bonne tenue". Aujourd'hui, l'association dévoile de nouvelles images et affirme que "la situation n'a pas changé."
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Épinglé l'an passé par L214 Ethique et Animaux, cet élevage avait fait l'objet d'une inspection par les services de l'État qui avait conclu à sa "bonne tenue". Aujourd'hui, l'association dévoile de nouvelles images et affirme que "la situation n'a pas changé."

"Avec ces nouvelles images, on montre que la situation de ces cochons dont on dénonçait la souffrance en 2020 n'a pas changé", déplore Brigitte Gothière, cofondatrice de L214. Pendant ce temps-là, avec de nouvelles images à l'appui, L214 remet en cause les conclusions d'une inspection des services de l'État dans un élevage de l'Allier.

Déjà visé en 2020

Celui-ci avait été visé en décembre 2020 par une campagne de l'association. Les 2 et 3 décembre 2020, pour vérifier ces accusations, cet élevage a été contrôlé par trois inspecteurs de l'État. Voici ce qu'en concluait la préfecture de l'Allier dans un communiqué : "De manière générale, l'inspection conclut à la bonne tenue de l'élevage et à l'absence de non-conformité majeure." Mais l'association s'appuie sur de nouvelles images tournées dans le même élevage mais après l'inspection.

Contactée par Brut, la préfecture de l'Allier précise que l'inspection de décembre avait mis en évidence "des non-conformités mineures ou moyennes justifiant une mise en demeure de l'élevage (...) lui demandant de se mettre en conformité." Cette information ne figurait pas dans le communiqué de décembre. Informés de la diffusion d'une nouvelle vidéo de L214, les services de l'État ont mené un nouveau contrôle le 10 février 2021. Sollicité par Brut, le ministère de l'Agriculture n'a pas souhaité réagir.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.