Vidéo L'envers du décor des pandas qui jouent dans la neige à Washington

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Ces pandas sont trop mignons. L'envers du décor l'est un peu moins…
BRUT
Article rédigé par
France Télévisions

Ces pandas sont trop mignons. L'envers du décor l'est un peu moins…

Vous les avez peut-être vu passer sur les réseaux sociaux. Des vidéos de pandas qui glissent sur la neige dans le zoo de Washington le dimanche 31 janvier sont devenues virales. Et pour beaucoup, le spectacle était "mignon". Pourtant, pour la porte-parole de PETA France Anissa Putois, s'il est "naturel d'être attendri devant ces images", c'est une toute autre réalité qu'il faut comprendre. "Ces images devraient servir à nous rappeler que ces animaux ne sont pas des objets de divertissement, qu'ils ont chacun leur propre intérêt à vivre, à jouir de leur liberté et qu'ils ne nous appartiennent pas", explique-t-elle.

Des animaux en souffrance

Parmi les pandas que l'on voit à l'image : Mei Xiang, une femelle en provenance de Chine. "Cela fait près de 20 ans, plus de 20 ans, qu'elle est dans le zoo de Washington. Elle y est majoritairement utilisée pour la reproduction mais trois de ses bébés sont morts et les autres ont été renvoyés en Chine", raconte Anissa Putois. "L'envers du décor est que ces animaux, qui sont des êtres sensibles et intelligents comme nous le savons, vivent toute une vie en captivité", déplore la porte-parole de PETA France. Aussi, elle explique que beaucoup de pandas souffrent souvent physiquement et mentalement, notamment à cause de "la frustration et de la détresse d'être enfermés et de ne pas pouvoir se livrer aux comportements qui sont naturels, qui sont essentiels pour eux".

En 1980, il ne restait plus que 1114 pandas à l'état sauvage, tous en Chine. Le dernier recensement réalisé par la Chine en 2013 estimait qu'il restait 1864 individus. L'espèce est toujours considérée comme "vulnérable". Il y aurait environ 600 pandas en captivité dans le monde, dont 162 dans des zoos en dehors de la Chine.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.