Une pétition en ligne recueille 20 000 signatures en 24 heures pour faire interdire des combats de vaches prévus lors d'un festival en Isère

Ces "combats de reines" ont été importés de Suisse, il y a 30 ans. L'association Justice Animaux Savoie craint que cette "inadmissible" pratique ne se répande.
Article rédigé par franceinfo - avec France Bleu Isère
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Les combats de vaches d'Hérens, une tradition importée de Suisse en France il y a 30 ans. (FABRICE COFFRINI / AFP)

Une pétition en ligne a été lancée en début de semaine par l’association Justice Animaux Savoie pour faire interdire des combats de vaches d'Hérens organisés le week-end prochain à la station des Sept Laux en Isère, rapporte jeudi 30 mai France Bleu Isère.

Dans le cadre du festival de la Cloche, l'événement intitulé "Les Reines de Belledonne" doit avoir lieu dimanche 2 juin aux Sept Laux, en Isère. Parmi les animations prévues, des "combats de reines", les "reines" étant ces vaches de la race d'Hérens utilisées pour des "luttes". La pétition a recueilli 20 000 signatures en 24 heures pour interdire la pratique au niveau national.

Cette tradition, venue de Suisse, est arrivée en France il y a 30 ans. Il s’agit de mettre face à face deux vaches pour combattre : "C'est peut-être une tradition suisse, mais en France, ça ne fait même pas 30 ans qu'il y a ces 'combats de reines'", dénonce Pauline di Nicolantonio de l’association Justice Animaux Savoie.

"En aucun cas, on oblige nos animaux à combattre" 

"On veut interdire cette pratique au niveau national parce qu'on a l'impression que ça se répand de plus en plus, poursuit Pauline di Nicolantonio. Par un quelconque folklore, on veut développer ces combats, mais c'est inadmissible. Ce sont des formes de concours, donc ça risque de se multiplier. On veut endiguer ça."

"Si on est éleveur et qu'on aime ses animaux, on ne les fait pas se battre."

Pauline di Nicolantonio de l’association Justice Animaux Savoie

à franceinfo

Une trentaine d'éleveurs seront présents en Belledonne dimanche pour l'événement, accompagnés d’une centaine de vaches  : "Cela a toujours existé. En Suisse, en Italie... En aucun cas, on oblige nos animaux à combattre. Chaque éleveur est très respectueux. On aime nos bêtes avant tout. On peut très bien arrêter une lutte si on pense qu'on les met en danger. Je n'ai jamais vu un accident grave. Je n'aime pas qu'on parle de maltraitance", réagit Florence, éleveuse.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.