Présidentielle : Marine Le Pen veut encadrer l'abattage rituel "au nom de la dignité animale", mais pas la tauromachie ni la chasse

Le président du Rassemblement national, qui a justifié l'encadrement de l'abattage rituel par le bien-être animal, s'est par ailleurs dit opposé à un encadrement de la tauromachie au nom des "traditions".

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le président du Rassemblement national, Jordan Bardella, le 19 avril 2022 sur franceinfo. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Marine Le Pen veut encadrer l'abattage rituel religieux "au nom de la dignité animale", mais elle n'interdira ni la tauromachie ni la chasse si elle est élue présidente de la République ce dimanche, a détaillé Jordan Bardella mardi 19 avril sur franceinfo.

>> Interdire le port du voile dans l’espace public "n'est pas une priorité", mais c’est "un objectif", affirme Jordan Bardella

"La viande qui sera abattue sur le territoire français sera abattue avec un étourdissement préalable au nom de la dignité animale et de la souffrance animale", explique-t-il. Le président du Rassemblement national affirme néanmoins que les musulmans et les juifs pourront "importer de la viande casher ou halal qui sera abattue selon un rite parfaitement religieux" dans d'autres pays et il estime que "ce n'est pas hypocrite" d'autoriser ces importations alors que la pratique sera interdite en France.

Pas d'interdiction de la tauromachie au nom des "traditions"

En revanche, interrogé sur l'encadrement ou l'interdiction éventuelle de la tauromachie et de la chasse au nom de cette même dignité animale, le président du RN assure que ni l'un ni l'autre ne sera interdit et que la tauromachie sera simplement interdite aux mineurs. "Il y a certaines traditions qui sont des traditions culturelles, qui sont des traditions françaises, des traditions européennes depuis plusieurs années", jusitifie Jordan Bardella, au sujet de la tauromachie.

Concernant la chasse, "Marine Le Pen a dit que l'idée n'était pas d'interdire tout ce qui ne nous plaisait pas", dit-il, confiant être choqué, "à titre personnel", par certaines pratiques comme la chasse à courre. Le président du RN estime qu'il y a tout de même "de très gros efforts de régulation à faire notamment dans la répartition des domaines [parce que] bien souvent les domaines de chasse sont aussi des domaines de loisirs, notamment pour les familles qui veulent aller se balader les weekends et je pense qu'il y a un sujet à ouvrir avec les acteurs autour de la table".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maltraitance dans les abattoirs

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.