Les animaux sauvages victimes des selfies

Les animaux sauvages seraient en danger dans la forêt amazonienne : de plus en plus de touristes prennent des selfies. Or cette économie favorise des pratiques dangereuses pour l'animal.

France 3

Immortaliser un moment unique, tenir dans ses bras un paresseux dans la région de Manaus (Brésil)... De plus en plus de touristes se prennent en photo avec des animaux sauvages. Un phénomène sur le web. Selon l'ONG World Animal Protection, il y a une augmentation de 292 % de selfies avec des animaux sauvages depuis 2014, et sur 40% de ces photos, le touriste a un comportement inapproprié.

Les paresseux sont chassés et capturés

Une tendance qui met en danger les animaux : dans la forêt amazonienne, les paresseux sont chassés, capturés et emmenés pour être présentés aux touristes. Sur ce marché de Manaus, il n'y a pas que des paresseux. On retrouve aussi de jeunes caïmans stockés dans des conditions déplorables, et maltraités, pour rester dans les bras des touristes. Plus loin, des anacondas dociles qui sont manipulés toute la journée. Une activité lucrative : presque 15 euros la photo. Insouciants, les touristes ignorent bien souvent la vérité.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les animaux sauvages seraient en danger dans la forêt amazonienne : de plus en plus de touristes prennent des selfies. Or cette économie favorise des pratiques dangereuses pour l\'animal.
Les animaux sauvages seraient en danger dans la forêt amazonienne : de plus en plus de touristes prennent des selfies. Or cette économie favorise des pratiques dangereuses pour l'animal. (FRANCE 3)