L'Islande compte cesser la chasse à la baleine à partir de 2024

Les quotas de pêche qui prendront fin en 2024 ne seront pas renouvelés. L'activité de pêche à la baleine islandaise était déjà quasiment à l'arrêt, à cause de la concurrence des pêcheurs japonais.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une baleine à bosse à Hestfjorour, près des côtes du nord de l'Islande, le 2 août 2021. (TOM GROVE / AFP)

Elle fait partie des trois derniers pays à pratiquer la chasse à la baleine, avec la Norvège et surtout le Japon. Mais face à une demande locale au plus bas, l'Islande compte y mettre fin à partir de 2024, a annoncé la ministre islandaise de la Pêche, vendredi 4 février.

Les quotas islandais, réévalués en 2019, expirent en 2024. Mais depuis trois ans, les deux principales entreprises islandaises qui détiennent des licences sont à l'arrêt, et l'une d'elles a déjà annoncé arrêter cette activité au printemps 2020. Seule une baleine a été harponnée au cours des trois dernières saisons de pêche estivales, en 2021. En cause : le fait que la viande de baleine n'est plus très prisée en Islande et la concurrence difficile avec le Japon, principal marché pour la viande de baleine, où la chasse commerciale a repris depuis 2019 après le retrait de Tokyo de la Commission baleinière internationale. 

La chasse commerciale à la baleine a été interdite en 1986 par la Commission baleinière internationale (CBI) mais l'Islande l'a reprise dès 2003, malgré les critiques régulières des défenseurs des animaux et de l'environnement. Avec son économie de plus en plus tournée vers le tourisme, l'île de 370 000 habitants mise aussi sur le développement des observations de baleines pour les visiteurs étrangers, davantage attirés par les cétacés vivants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Bien-être animal

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.