11-Novembre : le député UMP Bernard Reynès poignardé à Châteaurenard

Deux autres personnes ont été blessées. L'auteur des coups de couteau, dont on ne connaît pas les motivations, a été interpellé.

Le député UMP Bernard Reynès à Maussane-les-Alpilles (Bouches-du-Rhône), le 10 juillet 2011.
Le député UMP Bernard Reynès à Maussane-les-Alpilles (Bouches-du-Rhône), le 10 juillet 2011. (MAXPPP)
avatar
franceinfo avec AFPFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Le député-maire UMP de Châteaurenard (Bouches-du-Rhône), Bernard Reynès, a été blessé à coups de couteau, lundi 11 novembre, par un déséquilibré, lors des cérémonies de commémoration de la Grande Guerre dans sa commune. Deux autres personnes ont été blessées. Bernard Reynès a été hospitalisé. L'agresseur, âgé d'une trentaine d'années et dont on ignore les motivations, a été interpellé par les gendarmes. 

"Nous étions en train de défiler pour le 11-Novembre, a détaillé sur i-Télé Marcel Martel, premier adjoint au maire de Châteaurenard. Cent cinquante personnes se rendaient au monument aux morts. A vingt mètres du cimetière, une personne s'est infiltrée dans le défilé. Un des édiles a vu cette personne, a essayé de l'arrêter. Il s'est pris plusieurs coups de couteau, dont un qui a, semble-t-il, perforé le poumon. Une adjointe a reçu un coup de couteau en passant", a-t-il expliqué.

"J'ai vu ensuite le maire recevoir ce que je croyais être des coups de poing, mais c'étaient des coups de couteau. Le maire est à l'hôpital d'Avignon, ainsi que l'adjointe et le conseiller municipal", a précisé Marcel Martel. La vie des trois élus n'est pas en danger, selon cet adjoint.

Vague de soutiens

Dans les minutes qui ont suivi l'annonce de cette information, Bernard Reynès a reçu de nombreux soutiens d'hommes politiques, sur Twitter. Bruno Le Maire (UMP) a fait part de son "immense émotion", Patrick Balkany (UMP) de sa "solidarité" et Lionel Tardy a dénoncé un "monde de fous". Soutien également à gauche, à l'instar du député PS des Bouches-du-Rhône Patrick Mennucci, qui souhaite "un prompt rétablissement" à Bernard Reynès.

Dans un communiqué publié par l'Elysée dans l'après-midi, François Hollande a condamné "un acte profondément odieux" et fait part de sa "consternation".