VIDEO. Ivoire : "La défense intercontinentale des éléphants"

Quand des compagnies asiatiques s'implantent dans les pays où vivent les éléphants, leur population diminue, constatent les associations de défense des animaux en voie de disparition. Dans les pays asiatiques, l'ivoire est un signe extérieur de richesse. Mortel pour les pachydermes ! Extrait de "13h15 le dimanche" du 15 février.

"Les personnes arrêtées dans les aéroports en possession d'ivoire sont souvent des Chinois, qui contribuent ainsi au trafic", explique Céline, membre de l'ONG International Fund for Animal Welfare (IFAW) qui finance avec Interpol l’Opération WENDI pour démanteler le trafic d'ivoire en Afrique centrale et occidentale.

"Ce sont comme de petites fourmis qui apportent chacune en Chine un peu d'ivoire, revendu à des trafiquants qui vont l'exposer dans des boutiques", précise-t-elle. Un marché incontrôlable soumis à une escalade des prix, ce qui laisse peu de chance aux éléphants traqués par les petits chasseurs de brousse, payés une misère pour enrichir les mafias de l'ivoire.

Ne plus vendre ni acheter de l'ivoire !

Pour gagner son combat et sauver les éléphants d'Afrique, Céline sait qu'il faut faire évoluer les mentalités au deux bouts de la chaîne : chez les producteurs, et chez les consommateurs. Au Congo, elle a ainsi mené une campagne de sensibilisation avec de grandes affiches bilingues proclamant : "L'ivoire de nos éléphants n'est pas à vendre".

À Pékin, l'ONG mène d'autres campagnes en direction des acheteurs. Elle veut ainsi apprendre aux Chinois que derrière chaque sculpture ou bijou en ivoire, il y a un éléphant mort. Sa représentante en Chine est bien consciente des difficultés : "Ça va prendre du temps avant qu'ils changent d'opinion... On doit vraiment commencer par les jeunes."