Violences : une plateforme sur internet pour faire des signalements aux gendarmes

En France, l'an dernier, 130 femmes ont été tuées par leur conjoint ou leur ex-compagnon. Une nouvelle plateforme a été lancée, mardi 27 novembre, pour permettre aux femmes de signaler les violences sexuelles et sexistes.

Voir la vidéo
FRANCE 2

Une plateforme numérique, animée jour et nuit, vient d'être lancée, mardi 27 novembre, pour permettre aux femmes victimes de violences de dialoguer en ligne avec des policiers. Ces derniers devront les orienter et les guider dans leurs démarches, jusqu'au dépôt de plainte. Ce nouveau dispositif s'inspire d'un modèle qui existe déjà chez les gendarmes. À Rennes (Ille-et-Vilaine), par exemple, des gendarmes sont mobilisés tous les jours, 24h/24, et veillent à distance. Pour rentrer en contact avec eux, rien de plus simple. Il suffit d'envoyer un message d'un smartphone ou d'un ordinateur. Ce moyen d'alerter est rapide, efficace et anonyme, surtout pour les femmes victimes de violences au sein d'un couple ou d'une famille.

De nombreux signalements pour violences sexuelles

"C'est un outil qui permet de libérer la parole", explique chef Maxence, maréchal des logis. Les échanges avec les victimes peuvent durer autant que nécessaire. Ces hommes et ces femmes ont aussi un rôle de psychologues. 250 messages leur arrivent quotidiennement, dont beaucoup de signalements pour violences sexuelles. D'un smartphone, d'une tablette ou d'un ordinateur, on peut se connecter et communiquer en direct avec un gendarme sur les sites de la brigade numérique ou de la gendarmerie nationale, ou encore via les groupes Facebook et Twitter des différents groupements de gendarmerie répartis sur le territoire.

Le JT
Les autres sujets du JT
Photo d\'illustration.
Photo d'illustration. (FRED TANNEAU/AFP)