Après ses propos polémiques sur les mères célibataires, l'éditorialiste Julie Graziani renvoyée du magazine "L'incorrect"

"La rédaction a décidé qu'en aucun cas Julie Graziani ne pouvait la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias", explique le directeur du mensuel sur son site internet.

L\'éditorialiste Julie Graziani sur le plateau de \"24 Pujadas\" sur LCI, lundi 4 novembre 2019.
L'éditorialiste Julie Graziani sur le plateau de "24 Pujadas" sur LCI, lundi 4 novembre 2019. (CAPTURE D'ÉCRAN / LCI)

"Je cesse ma collaboration avec le magazine L'Incorrect. Effectif dès aujourd'hui." Dans un tweet lapidaire, Julie Graziani, éditorialiste "et polémiste", a annoncé jeudi 7 novembre la fin de son contrat avec le mensuel proche de l'extrême droite.

Sur son site internet, le magazine conservateur confirme la fin de sa collaboration avec Julie Graziani. "Après un délai de réflexion raisonnable, lui laissant à la fois le temps de revenir à la raison et de s’échapper hors la meute médiatique dans la dignité, la rédaction de L'Incorrect a décidé qu’en aucun cas Julie Graziani ne pouvait plus la représenter, à la télévision ni ailleurs, sur les réseaux sociaux ou dans quelques médias", écrit Jacques de Guillebon, le directeur de la rédaction. L'Incorrect précise également que Julie Graziani n'a "par ailleurs jamais été salariée du journal".

Des propos réitérés sur les réseaux sociaux

Lundi 4 novembre, invitée de l'émission "24 Pujadas" sur LCI, la chroniqueuse réagissait au témoignage d'une femme célibataire face à Emmanuel Macron lors d'un déplacement à Rouen. "Seule avec deux enfants, au smic, je ne vois pas trop comment on peut s'en sortir", déplorait-elle. "Qu'est-ce qu'elle a fait pour se retrouver au smic ? Est-ce qu'elle a bien travaillé à l'école ? Est-ce qu'elle a suivi des études ? Et puis si on est au smic, il ne faut peut-être pas divorcer non plus dans ces cas-là", avait estimé Julie Graziani. 

Journalistes sur le plateau et internautes n'ont pas manqué de réagir. Malgré les critiques, la polémiste a assumé ses propos. "Je mets les points sur i. Chacun est responsable de ses parcours de vie. Tu as fait le mauvais choix de boulot, tu as fait le mauvais choix de mec, tu assumes. Ce n'est pas à l'Etat d'arranger tes problèmes", a-t-elle notamment tweeté.

"Il apparaît que depuis ce triste passage, et malgré nos conseils et objurgations, Julie Graziani n’a pas pris conscience le moins du monde du caractère scandaleux de ses mots, et au contraire s’enferre dans un dédain plus que macronien pour 'ceux qui ne sont rien', en témoignent ses messages et vidéos sur Twitter par exemple", a également justifié le directeur de la rédaction de L'Incorrect.