Trottinettes : "Les protections ne sont pas en accord avec la vitesse, le bas du visage n'est pas protégé" s'inquiète la fédération française d'orthodontie

Le médecin Michel Le Gall affirme qu'il y a une recrudescence d'accidents à la tête suite à des chutes en trottinette électrique.

Les accidents de trottinettes électriques ont bondi de 23% sur un an avec énormément de blessures qui touchent la tête selon la fédération française d\'orthodontie. (illustration)
Les accidents de trottinettes électriques ont bondi de 23% sur un an avec énormément de blessures qui touchent la tête selon la fédération française d'orthodontie. (illustration) (STÉPHANIE BERLU / FRANCE-INFO)

La Fédération française d’orthodontie lance sur franceinfo un appel à la vigilance en direction des parents : les traumatismes dentaires chez les enfants se multiplient. "On a des études qui montrent que les accidents de trottinettes électriques ont bondi de 23% sur un an avec énormément de blessures qui touchent la tête", a expliqué sur franceinfo Michel Le Gall, orthodontiste, membre de la Fédération française d’orthodontie. "Les niveaux des protections ne sont pas en accord avec la vitesse de ces trottinettes. Le bas du visage n'est pas protégé."

Les enfants les plus concernés sont ceux âgés de "6 à 11 ans, mais aussi les plus de 18 ans. On a changé de tranche d'âge et il y a une recrudescence chez les adolescents et surtout chez les garçons."

Rendre les protections dentaires obligatoires ?

En cas de blessures aux dents, il faut "conserver la dent dans un milieu qui serait le plus simple, la salive de l'enfant, mais pas dans la bouche, dans un récipient mais pas de l'eau. Sinon, dans du lait, ou dans un linge propre."

Michel Le Gall trouverait "extraordinaire" si on pouvait obliger les protections dentaires pour les enfants qui utilisent les trottinettes. "Plus les dents sont en avant, plus il y a un risque en cas de choc." Pour éviter au maximum de se blesser aux dents, il faut "dès le plus jeune âge apprendre à se protéger le visage avec ses mains ou ses bras en cas de chute."