Lutte contre la pauvreté : des colocations entre actifs et anciens SDF

Dans plusieurs villes, des colocations d'un nouveau genre ont vu le jour. Des personnes actives, insérées dans la société, partagent leur logis avec d'anciens SDF.

FRANCE 2

Alix, jeune ingénieure de 24 ans, a emménagé il y a trois semaines dans une nouvelle collocation, une maison en commun un peu particulière. Ici, elles sont huit femmes de tous les âges. La particularité de cette coloc, c'est que parmi ces huit locataires, quatre sont d'anciennes SDF, dont Freddie. Il y a quatre ans, elle entend parler de cette maison, grâce à laquelle elle a enfin pu quitter la rue, sa solitude et ses dangers. "J'ai appréhendé, surtout que moi j'ai fait trois mois de rue donc vivre avec sept autres filles... dans ma tête c'était non", raconte-t-elle. Elle dira finalement oui à cette expérience, qui lui fera reprendre confiance en elle-même.

"On est un par chambre"

Un étage plus bas, l'appartement des hommes. "On est un par chambre. On peut tout partager, mais pas nos chambres. On est rigide là-dessus", explique Bertrand, 29 ans. Le loyer de 385 € est le même pour les actifs et les anciens SDF. En tout, ils sont 45 à vivre dans l'immeuble, avec des règles de vie à respecter. Et deux fois par semaine, tous les locataires mangent ensemble.

Le JT
Les autres sujets du JT
Dans plusieurs villes, des colocations d\'un nouveau genre ont vu le jour. Des personnes actives, insérées dans la société, partagent leur logis avec d\'anciens SDF.
Dans plusieurs villes, des colocations d'un nouveau genre ont vu le jour. Des personnes actives, insérées dans la société, partagent leur logis avec d'anciens SDF. (FRANCE 2)