VIDEO. "Je n'avais pas à dire ça, c'est sûr" : la ministre de la Justice revient sur ses propos concernant l'affaire Mila

"On a le droit de critiquer une religion, c'est très clair. Il n'est pas question de revenir là-dessus", a ajouté Nicole Belloubet au micro de Radio Classique, jeudi.

Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, le 11 décembre 2019.
Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, le 11 décembre 2019. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Elle évoque une "erreur de formulation". Nicole Belloubet, la ministre de la Justice, a fait une mise au point, jeudi 30 janvier, au lendemain de ses propos vivement critiqués sur l'affaire Mila. La garde des Sceaux avait condamné, sur Europe 1, le cyberharcèlement et les menaces de mort dont fait l'objet l'adolescente de 16 ans, ajoutant : "L'insulte à la religion est une atteinte à la liberté de conscience".

"Je n'avais pas à dire ça, c'est sûr", a déclaré Nicole Belloubet, au micro de Radio Classique. "On a le droit de critiquer une religion, c'est très clair. Il n'est pas question de revenir là-dessus", a-t-elle ajouté.

La ministre avait déjà entamé, mercredi après-midi, un mea culpa, estimant que son "expression a pu être maladroite""Les insultes et les discriminations à raison de l'appartenance religieuse sont des infractions. C'est ça que j'ai voulu dire", a-t-elle déclaré, dénonçant une polémique "ridicule". Et d'ajouter : "Je n'ai absolument pas justifié le délit de blasphème."