Plusieurs organisations et une cinquantaine de personnalités appellent à manifester contre l'islamophobie le 10 novembre à Paris

Les hommes politiques Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon figurent notamment parmi les signataires de cet appel, tout comme le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

Une femme porte une pancarte \"Stop à l\'islamophobie\" lors d\'un rassemblement contre la stigmatisation des musulmans à Paris, le 27 octobre 2019.
Une femme porte une pancarte "Stop à l'islamophobie" lors d'un rassemblement contre la stigmatisation des musulmans à Paris, le 27 octobre 2019. (MICHEL STOUPAK / AFP)

"Le 10 novembre, à Paris, nous dirons STOP à l’islamophobie !" Dans un texte publié vendredi 1er novembre par Libération, plusieurs organisations et une cinquantaine de personnalités appellent à manifester "contre la stigmatisation des musulmans de France", dans un contexte notamment marqué par l'attaque de la mosquée de Bayonne et les débats au sein de la classe politique sur le port du voile, notamment par les accompagnatrices scolaires.

"Depuis des années, la dignité des musulmanes et des musulmans est jetée en pâture, désignée à la vindicte des groupes les plus racistes qui occupent désormais l'espace politique et médiatique français", écrivent les signataires de cette tribune.

"Une criminalisation de la pratique religieuse"

Outre "l'attentat contre la mosquée de Bayonne" et "l'humiliation d'une maman et de son enfant par un élu RN au conseil général de Bourgogne-Franche-Comté", ils dénoncent l'"exclusion progressive" des femmes voilées "de toutes les sphères de la société" ainsi que les "délations abusives" et la "surveillance de masse" qui vise selon eux les musulmans, et "conduisent à une criminalisation pure et simple de la pratique religieuse."

L'appel a été initié par l'élu municipal de Saint-Denis Madjid Messaoudene et plusieurs organisations, dont le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), l'Unef, mais aussi le Comité Adama ou encore le NPA.

Le chef de file de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, et celui de Génération.s, Benoît Hamon, figurent dans la liste des signataires, aux côtés du secrétaire général de la CGT Philippe Martinez ; d'Assa Traore, la sœur d'Adama Traoré ; de Jérôme Rodriguez, une des figures des "gilets jaunes" ; des journaliste Rokhaya Diallo, Aïda Touihri et Edwy Plenel ; ou encore de l'humoriste Yassine Belattar, qui a récemment annoncé sa démission du Conseil présidentiel des villes.

Le 27 octobre, déjà, plusieurs centaines de personnes s'étaient rassemblées à Paris pour dénoncer "l'islamophobie" et la "stigmatisation des musulmans" par des responsables politiques et dans les médias.