Abus sexuels dans l'Église : le diocèse de Besançon a vendu un bâtiment pour indemniser les victimes

La vente de la bâtisse, appartenant à une association de l'Eglise catholique dans la préfecture du Doubs, a rapporté 250 000 euros au diocèse, qui l'a versé au fonds d'indemnisation des victimes d'abus sexuels. 

Article rédigé par
avec France Bleu Besançon - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'archevêque de Besançon, Jean-Luc Bouilleret, a annoncé la vente d'un bâtiment appartenant à une association de l'Eglise catholique. Les 250 000 euros tirés iront au fonds d'indemnisation des victimes d'abus sexuels. (LIONEL VADAM / MAXPPP)

Le diocèse de Besançon vient de vendre l'un de ses bâtiments pour participer à l'indemnisation des victimes d'abus sexuels commis au sein de l'Église catholique, a confirmé Mgr Jean-Luc Bouilleret, archevêque de Besançon, invité de France Bleu Besançon vendredi 24 décembre.

La bâtisse, située dans le centre-ville de Besançon, dans le Doubs, appartenait à l'association des Jacobins, une association de l'Église catholique. La vente de ce bâtiment a rapporté 250 000 euros au diocèse, somme versée au fonds d'indemnisation des victimes d'abus sexuels au sein de l'Église (Selam), ouvert après la publication du rapport Sauvé, début octobre 2021.

Pour l'instant, le diocèse de Besançon s'en tient à ce chèque mais "s'il y a besoin de faire plus, nous ferons plus, en fonction de nos capacités", confie Mgr Jean-Luc Bouilleret à France Bleu.

Objectif national : 20 millions d'euros

Le diocèse de Besançon n'est pas le premier à mettre en vente ses propriétés pour alimenter le fonds d'indemnisation. Celui du Val-de-Marne a mis en vente la maison de l'évêque, début décembre. Le diocèse de Toulouse a lui aussi annoncé qu'il allait se séparer de certains bâtiments pour contribuer au fonds.

La Conférence des évêques de France (CEF) s'est fixée comme objectif de réunir 20 millions d'euros dès le début d'année 2022.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Pédocriminalité dans l'Eglise

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.