DIRECT. Au deuxième jour de la mobilisation nationale des gardiens de prison, deux nouvelles agressions signalées à Mont-de-Marsan et Tarascon

La ministre de la Justice s'est rendue à la prison de Vendin-le-Vieil, où le mouvement a débuté.

Cette vidéo n'est plus disponible
Ce qu'il faut savoir

La colère des gardiens de prison est ravivée, au deuxième jour de leur mobilisation nationale, déclenchée par l'agression commise contre trois surveillants par un détenu islamiste à Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), jeudi. Une surveillante a été agressée à Tarascon (Bouches-du-Rhône), mardi 16 janvier. Et sept de ses collègues l'ont été à Mont-de-Marsan (Landes), lundi 15 janvier.

Tarascon. Un détenu a agressé mardi matin une surveillante de la prison de Tarascon (Bouches-du-Rhône), selon les informations de franceinfo, confirmant celle de l'AFP. Le prisonnier a donné un coup de poing au visage de la gardienne. L'homme, incarcéré pour vol, est suivi "au titre de la radicalisation" pour des troubles psychiatriques. Il a été placé au quartier disciplinaire.

 Mont-de-Marsan. Un détenu de la prison de Mont-de-Marsan (Landes), surveillé pour risque de "radicalisation", a frappé sept agents, lundi après-midi, selon la Chancellerie.

Vendin-le-Vieil. La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, est arrivée mardi matin à la prison de Vendin-lel-Vieil, point de départ de la mobilisation, pour "dialoguer avec les personnels"

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PRISON

18h01 : "Mon but, c'est de ressortir vivant." Une gardienne de prison de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) a raconté à France 2 son mal-être.

17h01 : Les agressions de surveillants dans les prisons de Vendin-le-Vieil et de Mont-de-Marsan les 11 et 15 janvier posent de nouveau la question de la prise en charge des détenus radicalisés. On fait le point, dans cet article, sur la gestion de ces prisonniers particulièrement difficiles.

15h05 : Au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan, Ilyès Tafer était suivi pour son comportement de plus en plus violent en détention. Mais il n'était pas suivi pour radicalisation islamiste

15h05 : Selon nos informations, le détenu qui a agressé sept surveillants hier au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan (Landes) est l’un des jeunes condamnés pour le meurtre de Kevin et Sofiane à Echirolles (Isère) en 2015.

14h45 : Voici quelques mesures annoncées à l'instant par la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, aux surveillants de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais) :


• du nouveau matériel


• l'accroissement des effectifs des personnels d'encadrement


• le maintien des Eris (corps d'élite dans les prisons)


• l'étude de demandes de transferts de certains détenus

14h23 : La ministre de la Justice a annoncé dix mesures visant à améliorer les conditions de travail à la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais).

14h22 : "Je me suis engagée à revenir le 16 mars pour mesurer si les propositions ont pris corps."


14h19 : La ministre de la Justice est sortie de la prison de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais). Elle s'adresse aux surveillants.

14h13 : Un détenu a agressé, ce matin, une surveillante de la prison de Tarascon (Bouches-du-Rhône). Il lui a donné un coup de poing au visage. L'homme, incarcéré pour vol, est suivi "au titre de la radicalisation" pour des troubles psychiatriques. Il a été placé en quartier disciplinaire.

13h31 : La ministre de la Justice s'apprête à quitter la prison de Vendin-le-Veil, selon notre journaliste Mathilde Lemaire.

11h38 : "Nous appelons à durcir le mouvement sur Vendin."


Après que la ministre de la Justice a rencontré les surveillants agressés jeudi, le syndicat FO affirme que "l'entretien ne s'est pas très bien passé". "L'administration propose uniquement une élévation d'échelon", refusée par les quatre agents concernés, selon cette source.

11h26 : Estimant que Nicole Belloubet est venue "les mains vides", des surveillants envisagent de bloquer la sortie de la ministre de la Justice à l'issue de sa visite du centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil.

10h49 : Pendant ce temps-là, la garde des Sceaux poursuit sa visite à Vendin-le-Vieil. De l'autre côté des murs, le feu finit de consumer les barricades des surveillants en colère.

09h59 : Selon le ministère de la Justice, le "détenu de droit commun très violent" qui a agressé sept surveillants à Mont-de-Marsan (Landes) était "suivi car il s'est radicalisé en prison".

09h49 : La ministre de la Justice, Nicole Belloubet, est arrivée à Vendin-le-Vieil, où des surveillants ont été agressés jeudi dernier. Accueillie par une Marseillaise des surveillants, elle dit être notamment venue voir "dans quelle mesure on peut améliorer les conditions de sécurité".

09h39 : La tension devant les établissements pénitentiaires se retrouve en bonne place dans de nombreux quotidiens.




09h11 : A Vendin-le-Vieil, on brûle des palettes, des pneus, mais aussi des frigos et des machines à laver, comme le montre cette photo d'un journaliste de La Voix du Nord.

09h06 : La garde des Sceaux doit arriver à Vendin-le-Vieil d'une minute à l'autre. Notre journaliste Mathilde Lemaire est sur place.

08h31 : Ce ne sont pas six mais finalement sept surveillants qui ont été agressés, hier, au centre pénitentiaire de Mont-de-Marsan (Landes), par un détenu condamné pour meurtre, selon le syndicat SNP-FO. Cinq ont été blessés et trois ont dû être hospitalisés.

07h31 : Selon l'Ufap-Unsa Justice, la garde des Sceaux aura droit à "un accueil républicain, qui ne sera pas chaleureux, qui sera dans le conflit des négociations, mais dans le respect", pour sa visite au centre pénitentiaire de Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), à 9 heures.

07h28 : "On a échangé cette nuit, elle a entendu nos revendications, elle souhaite ouvrir les négociations."


Sur franceinfo, ce responsable syndical laisse entendre que la situation s'est débloquée entre les surveillants et la ministre de la Justice, Nicole Belloubet. Mais il refuse de "lever le camp" avant d'avoir obtenu des gestes du gouvernement.

07h25 : Les syndicats de surveillants reconduisent, aujourd'hui, leur mouvement national de blocage des prisons, comme ici à Grasse (Alpes-Maritimes). Hier soir, l'administration pénitentiaire a annoncé que 139 de ses 188 sites avaient été concernés "à des degrés divers" dans la journée.

06h32 : Soirée tendue devant la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne). Une cinquantaine de surveillants, qui bloquaient l'établissement, ont refusé de quitter les lieux. Les forces de l'ordre les ont alors dispersés en faisant usage de gaz lacrymogène.