"Tolérance zéro sur les pratiques illégales" chez Orpea : "Le système tel qu'il existait avant a été stoppé", assure Victor Castanet

Le journaliste, qui a révélé il y a un an dans son livre "Les Fossoyeurs" le scandale sur les maltraitances dans les Ehpad du groupe Orpea, reconnaît que le groupe a depuis changé "certaines pratiques", notamment sa gestion de l'argent public.
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Une résidence de retraite Orpea, dans le Var. (CAMILLE DODET / MAXPPP)

Le journaliste Victor Castanet, à l'origine des révélations sur le scandale Orpea, assure mercredi 25 janvier sur France Inter, que la nouvelle direction du groupe spécialisé dans les Ehpad "a pris conscience du côté dysfonctionnel de l'ancien système". Victor Castanet a révélé dans son livre-enquête "Les Fossoyeurs" il y a un an les malversations du groupe. Pour le journaliste, "le système Orpea tel qu'il existait avant a été stoppé".

>> Maltraitance dans les Ehpad : fuites, pressions... Victor Castanet dévoile les coulisses de son enquête dans une version augmentée de son livre "Les Fossoyeurs"

Le journaliste répond ainsi au directeur général d'Orpea, Laurent Guillot, interrogé ce mercredi sur franceinfo. Pour ce dernier "c'est tolérance zéro sur les pratiques illégales et sur les pratiques financières d'optimisation" dans son groupe désormais. Victor Castanet reconnaît qu'Orpea a depuis "changé certaines pratiques comme la gestion de l'argent public avec les fameuses marges arrières sur le produits de santé".

"Orpea a gardé les mêmes fournisseurs qu'avant"

"Il y a aujourd'hui un début de dialogue social qui n'existait pas avant", assure même Victor Castanet. "Après, il y a tout un tas de choses qui restent à changer et même au sein d'Orpea", relativise-t-il. "Orpea, encore aujourd'hui, a gardé les mêmes fournisseurs qu'avant (...) ceux-là même qui ont participé aux pratiques irrégulières de détournement d'argent public, à des systèmes de surfacturation." "Le plus dur ça va être le recrutement, prédit le journaliste. Il y a une telle crise avec les soignants, il y a un tel déficit d'attractivité qu'aujourd'hui le principal problème qui se pose à Orpea et aux autres groupes, c'est de redonner envie aux soignants de revenir."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maltraitance dans les Ehpad

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.