Polémique entre Christian Estrosi et la CGT de Molex

La CGT de l'usine de Villemur-sur-Tarn s'est indignée des "accusations scandaleuses" de l'ancien ministre de l'Industrie, qui a accusé les syndicats d'avoir "lâché" l'activité du site pour empocher des primes.

Christian Estrosi, alors ministre de l\'Industrie, serre la main de Denis Parise, délégué du personnel CGT de Molex, le 21 octobre 2010 à Toulouse.
Christian Estrosi, alors ministre de l'Industrie, serre la main de Denis Parise, délégué du personnel CGT de Molex, le 21 octobre 2010 à Toulouse. (SEBASTIEN LAPEYRERE / MAXPPP)

C'était en octobre 2009. Le géant américain Molex fermait son usine de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) et licenciait 283 salariés, malgré de longs mois de lutte. Plus de deux ans plus tard, cet épisode devenu un symbole des luttes sociales en France a ressurgi à l'occasion d'un débat entre Christian Estrosi, ancien ministre de l'Industrie, et Jean-Luc Mélenchon, candidat du Front de gauche à la présidentielle, dimanche 18 décembre sur BFMTV.

Au cours de l'échange, Christian Estrosi raconte qu'il s'était battu, lorsqu'il était au gouvernement, pour que ce site de connectique automobile ait encore une activité industrielle. Puis il attaque : "Vous savez qui a lâché ? Ce ne sont pas les syndicats au plan national, ce sont leurs représentants au plan local. Ils étaient autour de la table, et lorsqu'on est arrivé à un niveau de propositions pour réinjecter du carburant dans l'entreprise, et permettre que le repreneur puisse relancer les choses, ils ont préféré partir avec la prime extra-légale".

"Accusations scandaleuses"

Mardi, la CGT de Molex s'est indignée des "accusations scandaleuses" de l'ancien ministre. "Nous avons été stupéfaits d'entendre M. Estrosi réécrire l'histoire, mettant en cause les salariés et les organisations syndicales locales", écrit le délégué syndical de la CGT Molex, Guy Pavan, dans un communiqué. Le syndicat demande à BFMTV un droit de réponse.

La CGT s'insurge également contre "l'accusation diffamatoire" de Christian Estrosi contre l'ex-secrétaire du comité d'entreprise Denis Parise (CGT), devenu conseiller régional PS. "Il s'est servi de cette affaire pour s'engager politiquement. Il a exploité ses camarades", avait affirmé l'ex-ministre au cours du débat face à Jean-Luc Mélenchon. L'intéressé et la CGT Molex comptent porter plainte pour diffamation contre Christian Estrosi.