Cet article date de plus de deux ans.

EPR de Flamanville : EDF vient de détecter de nouveaux défauts de soudure

Les inspecteurs de l'autorité de sûreté nucléaire (ASN) sont sur place à Flamanville pour comprendre les raisons d'écarts de qualité sur 150 soudures, a appris mardi franceinfo.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le chantier de l'EPR à Flamnaville (Manche). (CHARLY TRIBALLEAU / AFP)

De nouveaux déboires sont à prévoir pour l'EPR de Flamanville (Manche). Les inspecteurs de l'autorité de sûreté nucléaire (ASN) sont sur place à Flamanville mardi 10 avril, a appris franceinfo. Ils veulent comprendre pourquoi des écarts de soudure n'ont pas été détectés plus tôt par les sous-traitants d'EDF à qui l'électricien a également demandé des comptes.

Des contrôles pendant un mois et demi

EDF, qui a annoncé dans un communiqué la nécessité de mener des "contrôles additionnels", doit vérifier l'ensemble des soudures de son circuit secondaire qui ne sont pas conformes. L'électricien doit également faire ses soudures, il faut compter entre six à huit semaines de travail. L'enjeu est majeur pour éviter des fuites de vapeur. Tous ces contrôles vont prendre encore un mois et demi. Ensuite, seulement, EDF pourra dire combien de soudures il faut reprendre et si cela change le calendrier de mise en route de l'EPR et son coût estimé à 10,5 milliards d'euros.

L'ASN rappelle aussi qu'EDF s'est fixé des standards de très haute qualité sur ces soudures et que là aussi il y a du travail. En résumé, plus personne ne prend le pari d'une mise en route de l'EPR fin 2018, alors que c'est la condition pour la fermeture de la centrale alsacienne de Fessenheim (Haut-Rhin). La fermeture du réacteur est promise par le gouvernement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.