Nucléaire : les salariés de la centrale de Gravelines, la plus puissante d'Europe de l'Ouest, en grève à partir de jeudi

D'autres centrales connaissent des mouvements de grève depuis plusieurs semaines pour obtenir des revalorisations de salaires et une prise en compte de l'inflation.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La centrale nucléaire de Gravelines (Nord), le 15 septembre 2018. (JEAN-MARC QUINET / MAXPPP)

Plusieurs centrales nucléaires connaissent, plusieurs semaines, des mouvements de grève pour une revalorisation des salaires. La centrale de Gravelines (Nord), la plus puissante d'Europe de l'Ouest, devrait y prendre part à son tour à partir de jeudi 13 octobre, à l'appel de Force ouvrière et de la CGT.

Les employés réclament une augmentation de 5% de leur salaire brut, menacent de retarder le raccordement au réseau d'un des six réacteurs de 900 MW, qui sera arrêté ce week-end pour maintenance annuelle et doit être relancé avant la fin de l'année.

"Un impact sur certains travaux de maintenance"

Selon le secrétaire Force ouvrière du comité social et économique, Franck Redondo, un tel retard n'aurait pas de conséquences sur les particuliers, mais entraînerait "des coupures" dans les entreprises.

"Les grèves peuvent avoir un impact sur certains travaux de maintenance", a affirmé EDF à l'AFP, sans être en mesure dans l'immédiat d'évaluer si le calendrier de retour au réseau de ces installations serait affecté par ces mouvements. Le cas échéant, l'entreprise serait tenue de le communiquer.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nucléaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.