Mariage pour tous : un sénateur rappelle à Civitas que" les prières de rue sont interdites"

Le sénateur PS de Mayotte Thani Mohamed Soilihi, qui soutient le texte de loi, a rappelé aux opposants que "cette interdiction ne saurait s'appliquer qu'aux musulmans".

Des opposants au mariage pour tous manifestent le 4 avril 2013 devant le Sénat, à Paris, à l\'appel de l\'organisation catholique intégriste Civitas.
Des opposants au mariage pour tous manifestent le 4 avril 2013 devant le Sénat, à Paris, à l'appel de l'organisation catholique intégriste Civitas. (KENZO TRIBOUILLARD / AFP)

Alors que le projet de loi sur le mariage pour tous est en examen au Sénat, un élu de la Chambre haute a rappelé à l'ordre jeudi 4 avril les militants de Civitas venus manifester leur désaprobation avec force prières et crucifix.

"Je m'étonne d'avoir entendu des membres de l'organisation Civitas prier devant l'entrée de notre assemblée, alors même que les prières de rue sont interdites depuis le 16 septembre 2011, au nom du principe de laïcité", a déclaré le sénateur PS de Mayotte, Thani Mohamed Soilihi. "Cette interdiction ne saurait s'appliquer qu'aux musulmans de ce pays, au nom cette fois-ci du principe d'égalité."

Un sénateur d'Outre-mer qui défend le projet

L'ancien bâtonnier de Mayotte a également plaidé en faveur du mariage gay, alors que celui-ci rencontre une opposition plus forte dans les départements d'Outre-mer qu'en métropole, y compris parmi les élus."La diversité sociologique, géographique, culturelle et religieuse des outre-mers est une réalité. Pour autant elle ne doit pas servir de prétexte pour se soustraire aux avancées sociales de notre pays", a-t-il lancé.