Tariq Ramadan dans le bureau des juges

Après trois mois d’enquête préliminaire, l’islamologue Tariq Ramadan a été déféré au parquet jeudi 1er février au soir. Il fait l’objet notamment de deux plaintes pour viol. Frédéric Crotta, en direct du Palais de Justice de Paris, revient sur l’affaire. 

Cette vidéo n'est plus disponible

"C’est une situation assez inhabituelle", explique le journaliste Frédéric Crotta, en direct du Palais de Justice de Paris. "Tariq Ramadan est arrivé vers une heure du matin, ce n’est que vers 17 heures qu’il est entré dans le bureau des trois juges. Trois juges, cela veut dire que ce dossier est extrêmement sensible et compliqué. Ce qui est sûr, c’est qu’il a passé deux jours en garde à vue. Il a été confronté à (…) une plaignante de 40 ans, qui l’accuse de l’avoir frappée, humiliée et violée."

Une "cicatrice de trois centimètres"

"Elle évoque même des détails intimes, comme une cicatrice de trois centimètres que possède Tariq Ramadan", poursuit le journaliste. "Le parquet a requis une mise en examen ainsi qu’un placement en détention. Le parquet craint sans doute que Tariq Ramadan, qui a un passeport suisse et un passeport égyptien, échappe aux autorités françaises."



Le JT
Les autres sujets du JT
L\'islamologue suisse Tariq Ramadan le 26 mars 2016, à Bordeaux.
L'islamologue suisse Tariq Ramadan le 26 mars 2016, à Bordeaux. (MEHDI FEDOUACH / AFP)