Tempête Xynthia : retour sur des vies balayées

Dix ans après la tempête Xynthia, comment La Faute-sur-Mer, en Vendée, a-t-elle tourné la page ? Dans la nuit du 27 au 28 février 2010, la tempête avait balayé la ville, faisant 29 morts. Beaucoup d'habitants ont perdu leur maison dans la catastrophe et ont dû déménager. Ils racontent.

France 2

Des maisons dont on n'aperçoit que les toits. Au lendemain de la tempête Xynthia, le 28 février 2010, la commune de La Faute-sur-Mer (Vendée) s'est par endroits transformée en cimetière. Dans ce qu'on appellera bientôt la "cuvette de la mort", on recense jusqu'à 2,8 m d'eau et 29 corps sans vie. Dix ans plus tard, les maisons ensevelies ont disparu, mais la catastrophe est encore dans tous les esprits. Chantal et Thierry Berlemont vivent à quelques kilomètres de là, toujours en bord de mer. La nuit du 27 février 2010, ils ont failli mourir noyés avec leurs deux filles, comme nous l'expliquait le couple au lendemain du drame. Une nuit qui les hante toujours.

L'ancien maire de la commune condamné pour mise en danger de la vie d'autrui

Aujourd'hui, la peur d'être à nouveau pris au piège régit leur vie. Ils habitent sur une dune à 7 m au-dessus du niveau de la mer, et pouvoir s'échapper en cas d'inondation est pour eux devenu une obsession. Longtemps, ils se sont sentis coupables de s'être mis en danger en achetant dans une zone inondable. La justice les a ensuite reconnus comme victimes. Un véritable soulagement. Ce soir-là, la tempête a emporté avec elle le mari et le petit-fils d'Élisabeth Tabary. Elle aussi a quitté La Faute-sur-Mer pour une ville toute proche. Depuis dix ans, elle raconte inlassablement son histoire dans l'espoir que plus jamais des maisons ne soient construites dans des zones à risque. Pour avoir autorisé à construire en zone dangereuse, l'ancien maire a été condamné pour homicide involontaire et mise en danger de la vie d'autrui.

Le JT
Les autres sujets du JT
La Faute-sur-Mer (Vendée), après le passage de la tempête Xynthia, le 3 mars 2010. 
La Faute-sur-Mer (Vendée), après le passage de la tempête Xynthia, le 3 mars 2010.  ( AFP )