Procès des attentats de janvier 2015 : les images sont "inhumaines" et montrent "des machines de guerre", décrit une avocate

Certaines parties civiles ont dû sortir de la salle d'audience pendant la diffusion de ces "images rares", rapporte lundi 7 septembre l'avocate de la famille du dessinateur Bernard Maris.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Contrôle d'acces à l'une des salles d'audience, au procès des attentats de janvier 2015. (MARIE MAGNIN / HANS LUCAS / AFP)

Des vidéos et des photos de l'attaque de Charlie Hebdo et du meurtre de policiers ont été montrées lundi 7 septembre au procès des attentats de janvier 2015. Les images sont "inhumaines" et montrent "des machines de guerre", décrit à franceinfo l'avocate de la famille du dessinateur Bernard Maris, Kathy Richard. 

"Ce sont des images rares dans des salles d'audience. Il va falloir mettre de l'humanité dans ce procès parce que ce qu'on vient de voir est inhumain. On a vu des machines de guerre. Je pense qu'il va être très important de répondre à cette barbarie par l'intelligence, par la culture, tel que c'était le but de ces victimes dans le cadre de leur rôle de journaliste", espère l'avocate de la famille de Bernard Maris et amie du dessinateur Tignous, tous deux décédés pendant l'attaque contre Charlie Hebdo. 

On est saisis par la motivation qu'on sent très forte de la part des terroristes. On les voit déterminés, sans hésitation.

Kathy Richard

à franceinfo

"On sait aussi qu'un bon nombre des victimes ont été lâchement assassinées avec des balles venant par derrière. C'est une scène d'horreur, c'est une scène de guerre qui s'est passée en une minute et quarante-cinq secondes", déclare-t-elle encore. Certaines parties civiles sont sorties provisoirement de la salle d'audience, à l'invitation du président de la cour d'assise spéciale, pendant la projection de ces images insoutenables, rapporte une journaliste de franceinfo sur place.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.