Cet article date de plus de sept ans.

Frigide Barjot quitte (enfin) son logement social

Le tribunal d'instance avait expulsé Frigide Barjot et son mari, par un jugement du 30 octobre 2013. Parce que le couple n'avait pas respecté les clauses du bail - leur logement était notamment utilisé à des fins commerciales. Un an après, des camions de déménagement ont été vus ce lundi en bas du duplex, dans le XVe arrondissement de Paris.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (©)

C'est une petite affaire qui avait fait grand bruit : en plein débat sur le mariage homosexuel, on apprenait que la porte-parole des anti-mariage pour tous, Frigide Barjot, avait été sommée de quitter le logement social qu'elle occupait avec son mari, Basile de Koch. Un duplex de 173 m², loué moins de 3.000 euros, à deux pas de la Tour Eiffel. Refus des intéressés, les époux Tellenne, de leur vrai nom. Procès.

Le 30 octobre 2013, le tribunal d'instance de Paris ordonnait l'expulsion. Les locataires, eux, criaient au complot politique... Selon eux, la domiciliation de leur entreprise de presse était parfaitement connue, et consentie, par leur bailleur.

Un déménagement en cours

Fin de l'histoire aujourd'hui : des camions de déménagement ont été aperçus en contrebas de leur immeuble, dans le XVe arrondissement de Paris. "C'est vrai, mais ça n'a aucun intérêt, aucune importance" , confirme Frigide Barjot. Qui précise, dans Métro , "Je signe mon nouvel appartement le 27 octobre. Le 28 ça devrait être plié."

Il aura donc fallu près d'un an pour que les époux Tellenne s'exécutent. Il faut dire que, depuis juin dernier, le propriétaire des lieux, la Régie immobilière de la ville de Paris, avait demandé à la préfecture de police de faire usage de la force publique... 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.