Cet article date de plus de quatre ans.

Affaire de pédophilie dans un centre de loisirs d'Arcachon : des parents de victimes présumées dénoncent un "scandale judiciaire"

Plusieurs enfants âgés de 3 à 5 ans auraient été victimes d'actes pédophiles en 2016, dans un centre de loisirs d'Arcachon (Gironde). Le suspect, un moniteur âgé de 20 ans, a été mis en examen pour agressions sexuelles.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'entrée du centre de loisirs "Les Mille Potes" à Arcachon, en Gironde. (Stéphane Hiscock / France Bleu Gironde / RADIO FRANCE)

Des parents d'enfants victimes d'actes pédophiles en 2016 dans un centre de loisirs d'Arcachon dénoncent un "scandale judiciaire", rapporte samedi 14 avril France Bleu Gironde. Ils dénoncent la qualification des faits : le suspect, un moniteur âgé de 20 ans, a été mis en examen pour agressions sexuelles, et non pas pour viols. 

Or pour ces parents, cinq enfants âgés de 3 à 5 ans ont bien été victimes de viols. Leur avocat maître Arash Derambarsh affirme que "des actes de pénétrations ont été avérés et vérifiés. Un acte de pénétration sur un enfant est considéré comme un viol. Or le surveillant du centre aéré est mis en examen pour agressions sexuelles, ce qui est un délit".

Suspect remis en liberté

Cet avocat, qui représente trois familles de victimes, compte demander à la chambre de l'instruction du tribunal de grande instance de Bordeaux la requalification des faits en viols, ce qui permettrait au dossier d'être jugé dans une cour d'assises.

Les parents de victimes se disent aussi "choqués et traumatisés" par le fait que l'animateur mis en cause ait été remis en liberté sous contrôle judiciaire, ce que leur avocat déplore : "En cas de viol présumé, c'est la détention provisoire (...). L'instruction a été très malmenée, c'est un scandale, les qualifications sont invraisemblables, pour nous, ce n'est pas acceptable."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Justice

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.