Il publie une carte des coins à champignons sur le web, des amateurs passent aux représailles

L'initiative de Christophe Boutet n'a pas plu à tous les cueilleurs. Sa carte interactive est régulièrement endommagée par des amateurs de champignons mécontents.

Un cèpe de Bordeaux cueilli dans les bois de Clairmarais (Pas-de-Calais), le 20 octobre 2012.
Un cèpe de Bordeaux cueilli dans les bois de Clairmarais (Pas-de-Calais), le 20 octobre 2012. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

"A la base, je suis un défenseur du logiciel libre, de l'open-data. Je suis parti d'une idée rigolote : partager mes coins à champignons." Il y a deux ans, Christophe Boutet a lancé une carte participative, hébergée sur la plateforme Umap, où tout le monde peut ajouter ses bons plans pour dégotter des cèpes ou des bolets. "Au maximum, la carte a compté entre 150 et 200 coins, explique ce directeur d'une école d'informatique, contacté par franceinfo. Mais j'ai désormais un problème : un vandale efface toutes les données."

Considérant sans doute que les coins à champignons devraient rester confidentiels, celui-ci fait régulièrement le ménage. Mardi 25 octobre en début d'après-midi, par exemple, un seul endroit figurait encore sur la carte.

Difficile de mettre la main sur le ou les utilisateurs mal intentionnés. "C'est quelqu'un qui maîtrise le numérique, mais sans doute pas beaucoup. En tout cas, il est farouchement opposé à la carte." Il n'est pas le seul. Le projet est la cible de nombreux commentaires plus ou moins agacés. "Certains disent que c'est un truc de Parisien, mais je suis auvergnat et j'habite en Franche-Comté." Plus surprenant encore : "J'ai eu droit à des points Godwin, sur le mode : on a donné des juifs pendant la guerre mais jamais les coins à champignons." Une référence, sans doute, aux Brèves de comptoir de Jean-Marie Gourio.

"L'idée, c'est que les gens découvrent la nature"

Christophe Boutet assure toutefois recevoir "autant, voire davantage, de réactions positives". Et tant pis pour ceux qui l'accusent d'encourager les promeneurs à piétiner les sous-bois. "L'idée, c'est que des gens puissent découvrir la nature. Ils ne vont pas vandaliser les bois, il faut arrêter les fantasmes. Ceux qui parlent de vandalisme feraient bien d'aller faire un tour dans les bois, après le passage d'un tracteur forestier." L'amateur dénonce également les "cueilleurs pillards, qui passent avec un râteau". Un profil qui, selon lui, cadre mal avec les utilisateurs de sa carte.

Bref, Christophe Boutet n'a pas l'intention d'abandonner. Pire, il envisage désormais le blasphème mycologique. "Je n'ai jamais trouvé de morilles. Mais avec cette histoire, je publierais volontiers la localisation du coin, si j'en trouvais un." Pour éviter de futurs désagréments, il envisage "de récupérer les données et de publier une nouvelle carte, qui ne sera pas vandalisable."