"Il est question d'une infraction potentielle à la loi, le 'coming out' de Kevin Spacey n'a rien à faire là-dedans", selon SOS Homophobie

Accusé d'avoir fait, en 1986, des avances à un comédien qui était alors âgé de 14 ans, l'acteur américain a profité d'un message d'excuse pour révéler son homosexualité.

Le comédien Kevin Spacey lors de la cérémonie des Bafta organisée à Beverly Hills (Californie), le 27 octobre 2017.
Le comédien Kevin Spacey lors de la cérémonie des Bafta organisée à Beverly Hills (Californie), le 27 octobre 2017. (CHRIS PIZZELLO / SIPA / AP)
avatar
propos recueillis parVincent MatalonFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Un coming out qui fait polémique. Accusé d'avoir fait des avances sexuelles à un acteur âgé de 14 ans en 1986, le comédien américain Kevin Spacey a réagi lundi 30 octobre en publiant sur son compte Twitter un message d'excuse, et en a profité pour faire son coming out en tant qu'"homme gay".

Le fait que l'acteur associe dans un même message une accusation d'agression sur mineur et son orientation sexuelle a été très critiqué sur les réseaux sociaux. Des réactions que comprend et explique à franceinfo Joël Deumier, président de l'association SOS Homophobie.

Franceinfo : Que vous inspire la confession de Kevin Spacey ?

Joël Deumier : Il faut bien distinguer deux sujets. D'un côté, Kevin Spacey évoque les allégations d'avances qu'il aurait faites à Anthony Rapp, et de l'autre, il y a son coming out en tant qu'homosexuel.

Le premier sujet relève du droit, avec un délit potentiel qui concerne un mineur âgé de 14 ans à l'époque, et doit être établi. En tant que président de SOS Homophobie, je condamne bien sûr ce type de comportement, tout particulièrement quand il concerne un mineur.

Le deuxième sujet, son coming out, n'a absolument rien à voir avec le premier. L'orientation sexuelle n'est pas une grille de lecture pertinente sur les questions de violences sexuelles. En liant dans un même message la question de son orientation et une accusation d'agression sexuelle, il mêle le mouvement LGBT (lesbien, gay, bi, trans) à une affaire qui ne le concerne pas. Je le répète : il est ici question d'une infraction potentielle à la loi, le coming out de Kevin Spacey n'a rien à faire là-dedans.

Ce message renvoie également à un vieux stéréotype qui a visé la communauté homosexuelle...

Oui, car la victime avait 14 ans au moment des faits qu'elle rapporte. Y ajouter ce coming out amalgame le stéréotype qui consiste à croire que les hommes gays seraient des pédophiles. 

En associant son homosexualité au délit pénal que constitue une agression sur un mineur, le coming out de Kevin Spacey est inapproprié et irresponsable.

Je ne ferai jamais de lien entre ces deux faits : à SOS Homophobie, nous nous battons au quotidien pour que les jeunes lesbiennes, homosexuels, bi et trans puissent vivre leur identité de genre et leur orientation sexuelle librement. Nous militons pour une société inclusive et Kevin Spacey envoie un très mauvais signal à cet égard.

Cette affaire survient aussi dans un contexte général de libération de la parole au sujet des agressions sexuelles.

Oui. Le sexisme, comme l'homophobie, prennent leur source dans le patriarcat et la domination masculine. En tant qu'association de victimes de LGBT-phobie, nous saluons, bien sûr, la libération de la parole sur les actes sexistes.

Dans notre dernier rapport, nous faisons d'ailleurs état d'une augmentation de 19,5% des témoignages d'homophobie reçus par notre association par rapport à l'année dernière. Ce chiffre résulte justement de cette libération de la parole et nous incitons toutes les victimes à se signaler.