La Colombie autorise le suicide assisté pour les malades

L'euthanasie est déjà légale dans le pays depuis 1997.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Victor Escobar, un patient de 60 ans atteint de plusieurs maladies et en attente d'euthanasie, tient une bouteille d'oxygène dans sa maison, le 13 octobre 2021 à Cali, en Colombie. (LUIS ROBAYO / AFP)

C'est une première en Amérique latine. La Cour constitutionnelle de Colombie a autorisé le suicide assisté par médicament pour les malades sous la supervision d'un médecin, selon un arrêt transmis à la presse jeudi 12 mai. "Le médecin qui aide une personne en proie à une souffrance intense ou à une maladie grave et qui décide librement de disposer de sa propre vie agit dans le cadre constitutionnel", a jugé la Cour.

Par un vote de six juges contre trois, la Cour a ainsi abrogé un article du code pénal punissant de 12 à 36 mois toute personne fournissant une aide au suicide, et "empêchant un médecin de fournir l'aide nécessaire à une personne qui, dans l'exercice de son autonomie personnelle, choisit de (...) mourir dans la dignité".

"Utiliser les avancées de la science altruiste"

La Colombie, où l'euthanasie est déjà légale depuis 1997, devient ainsi le premier pays d'Amérique Latine à autoriser le suicide assisté pour les patients souffrant d'une maladie grave ou incurable : le malade pourra désormais s'administrer un produit létal, sous la supervision d'un médecin qui ne risque plus aucune peine.

"Le médecin est celui qui dispose des meilleurs outils techniques, scientifiques et éthiques permettant de garantir la sauvegarde de la dignité humaine dans cette procédure", a estimé la Cour. "Les avancées de la science doivent être utilisées de manière altruiste et solidaire envers ceux qui sont dans un état de santé extrême et qui désirent une mort digne", a-t-elle conclu.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Fin de vie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.